A Nice, une ferme d'intérieur cultive des micro-pousses en aquaponie verticale

Publié le

Une start-up a décidé de se lancer dans la culture de légumes et de plantes aromatiques en aquaponie, c'est-à-dire en symbiose avec de l'élevage de poissons. Les déchets produits par ces derniers sont utilisés comme source de nutriments.

Il paraît que l'aquaponie existait chez les Aztèques et aussi en Asie ! Contraction d'aquaculture et de hydroponie (culture des plantes avec des solutions nutritives renouvelées), l'aquaponie est une symbiose entre plantes et poissons. Ceux-ci sont nourris naturellement et leurs excréments constituent de l'amoniaque qui permettra, via une transformation en nitrate par des bactéries, à nourrir les plantes elles-mêmes.

Ça c'est pour la définition. A Nice, une start-up "La Pousseraie" a décidé de mettre le principe en pratique. Trois amis ingénieurs, Blanche Duncombe, Juliette et Damien Willier, étaient en voyage en Irlande quand ils ont décidé de se lancer dans cette agriculture en circuit fermé qu'ils ont voulue verticale au regard du prix du foncier.

Un gain de place

Résultat ? 6 mètres carrés de culture pour un mètre carré d'emprise au sol. Plus besoin donc d'avoir des hectares de cultures, on peut donc produire avec un gain de place en plein coeur de Nice.

Au premier niveau en bas, il y a comme un aquarium .... L'eau servira à l'irrigation des pousses, et tout se commande à distance avec des objets connectés. C'est la domotique au service de l'agriculture !

Un circuit court

Et pour être conforme à la tendance, la production de bourrache, capucine, pois ou coriandre s'écoule en circuit court, à moins de 10 kilomètres de la ferme. La start-up est la seule en PACA à combiner  aquaponie et verticalité. Ca marche,  les trois amis cherchent un lieu plus grand !