Alpes-Maritimes : inquiets pour l'avenir de leur profession, 150 agriculteurs manifestent

Face à la crise conjoncturelle et structurelle la profession agricole maralpine manifeste ce mardi 5 novembre. / © Mathilde Garnier FDSEA 06
Face à la crise conjoncturelle et structurelle la profession agricole maralpine manifeste ce mardi 5 novembre. / © Mathilde Garnier FDSEA 06

Ils sont mobilisés toute la matinée car ils considèrent que leur profession est en péril. Opération escargot sur la RM 6202, rassemblement devant le Marché d'Intérêt National, rencontre en préfecture, ils lancent un cri d'alarme.

Par Catherine Lioult

"Agriculture en danger" ou encore #sauve ton paysan ! Ce mardi matin, dans les Alpes-Maritimes, les agriculteurs ont sorti leur tracteur.

"On a beaucoup perdu: on était 11.000 exploitants il y a 20 ans, et plus que 1.400 aujourd'hui, mais on a touché le fond et on a l'espoir de remplacer les départs à la retraite. Pour ça, il faut redorer le blason de l'agriculture et arrêter de nous taper dessus tout le temps", a déclaré Jean-Philippe Frère, oléiculteur et président de la FDSEA des Alpes-Maritimes. 
 

 

Trois cortèges au départ de la vallée de la Siagne (Mandelieu), de la route 6202 ( Nice)  et du quartier de la Baronne (Saint-Laurent-du Var) ont ensuite convergé vers le Marché d'Intérêt National. 
 

Et ils sont en colère. Pour Michel Dessus, président de la chambre d'agriculture des Alpes-Maritimes, en tête du cortège de la Baronne,
Il dénonce l'"agri-bashing", c'est-à-dire le dénigrement systématique du métier.

aujourd'hui, on passe pour des méchants. On ne nous parle que de pesticides, de maltraitance animale... On est des gens responsables et l'image qui est donnée de nous est déplorable ...

 

Les Alpes-Maritimes comptent 800 agriculteurs tous secteurs confondus, qui exercent leur métier à titre principal. Ils sont 1 400 au total, si on compte ceux qui ont deux activités. Ils rappellent que dans ce département très urbanisé, il n’est pas possible d’avoir des produits locaux sans une agriculture de proximité soutenue et valorisée. Au total ce mardi matin, ils étaient près de 150 à manifester.
 

On a beaucoup perdu: on était 11.000 exploitants il y a 20 ans, et plus que 1.400 aujourd'hui, mais on a touché le fond et on a l'espoir de remplacer les départs à la retraite. Pour ça, il faut redorer le blason de l'agriculture et arrêter de nous taper dessus tout le temps


a déclaré Jean-Philippe Frère, oléiculteur et président de la FDSEA des Alpes-Maritimes. 
 

Une heure d'entretien avec le préfet

Une délégation a été reçue pendant une heure par le préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez. Le représentant de l'Etat a écouté leurs doléances.
Parmi les revendications :

► des assises sur l'eau et le foncier
► la reconnaissance de leur professionnalisme
► une baisse de la pression administrative
► que l'Etat soit garant pour les nouveaux installés
► une volonté de sauver les éleveurs du loup
► des retraites décentes

Malgré des AOC renommées autour de l'olive de Nice et des vins de Bellet, les Alpes-Maritimes sont dans le peloton de queue en matière agricole, par rapport aux autres départements de la région Paca, avec la plus petite superficie de terres dédiées à cette activité.
La baisse de l'emploi agricole semble enrayée depuis 2015,  mais il y a trois fois moins d'agriculteurs que dans le Var.
Les professionnels travaillent pour la plupart sur une petite exploitation familiale, sans salarié.
Le département produit en premier lieu des fleurs et du feuillage coupé, mais aussi des plantes fourragères, de la viande, surtout du mouton, des fruits et légumes.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus