• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Arrêté à Nice, un ingénieur iranien pourrait être extradé vers les Etats-Unis

Le parquet est favorable à l'extradition d'un ingénieur iranien réclamé par les Etats-Unis. / © Franz Chavaroche
Le parquet est favorable à l'extradition d'un ingénieur iranien réclamé par les Etats-Unis. / © Franz Chavaroche

Jalal Rohollahnejad, 41 ans, a été interpellé le 2 février à Nice alors qu'il était en provenance de Téhéran, via Moscou. Les Etats-Unis demandent son extradition. Le parquet général d'Aix-en-Provence rendra sa décision le 22 mai prochain.

Par C.L AVEC L'AFP

Dès son arrestation à Nice, le 2 février dernier, Jalal Rohollahnejad, détenteur d'un visa pour raisons professionnelles, a été placé sous écrou extraditionnel. La cause ? Une demande d'arrestation demandée par les autorités judiciaires américaines.
Sera-t-il extradé pour autant vers les Etats-Unis ? Le parquet général d'Aix-en-Provence s'est prononcé pour. La décision sera rendue le 22 mai prochain.
 

Deux versions opposées 

Pour les avocats de l'ingénieur iranien, la demande des Etats-Unis est "politique". 
Outre-Atlantique, deux juges fédéraux du district de Columbia lui reprochent une série d'infractions liées à une tentative d'exportation vers l'Iran de systèmes micro-ondes industriels et de systèmes anti-drones, sous couvert d'une opération commerciale destinée aux Emirats Arabes Unis. Au prix de modifications, ces systèmes industriels pourraient, selon la demande américaine, être transformés en armes de destruction très ciblée.  Rohollahnejad aurait agi pour le compte de la société iranienne Rayan Roshd Afszar, entreprise en lien avec le corps des gardiens de la révolution islamique. Il affirme de son côté avoir mené des expériences scientifiques pour le compte de l'organisation aérospatiale iranienne.
 

Pas d'obstacle à l'extradition selon le parquet général

"Espion et scientifique de haut vol, les deux notions ne sont pas incompatibles", selon l'avocat général Serge Bocoviz. Selon lui, il n'existe aucun obstacle juridique à l'extradition, les infractions visées par les Américains trouvant leur équivalent dans le droit français.


 

Sur le même sujet

Label Tourisme et Handicap, état des lieux.

Les + Lus