Christophe Galtier, condamne les supporters de l'OGC Nice après les chants insultant Emiliano Sala : "qu'ils restent chez eux si c'est pour insulter des morts"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Margaux Delaunay

L'OGC Nice a condamné avec la plus grande fermeté le chant de ses supporters se moquant d'Emiliano Sala l'ancien attaquant argentin du FC Nantes décédé dans un accident d'avion en 2019 ce 11 mai.

Stupéfaction à l'Allianz Riviera de Nice, ce mercredi 11 mai. Non pas pour la victoire de l'OGC face à Saint-Etienne, quatre buts à deux, mais pour le comportement indigne de ses supporters.

N'ayant pas digéré leur défaite en coupe de France face à Nantes, il y a quelques jours, autour de la 9e minute, ils ont entonné un chant très polémique à l’encontre d’Emiliano Sala, l’ancien joueur de Nantes, décédé il y a trois ans à l’issue d’un crash aérien.

"C'est un Argentin qui ne nage pas bien, Emiliano sous l'eau", a scandé une partie du public niçois, en parodiant le chant : "c'est un Argentin, il ne lâche rien, Emiliano Sala", que les supporters nantais entonnent à chaque match à cette minute.

D'ordinaire, il n'est pas rare que des supporters adverses se joignent au chant en hommage à l'ancien N.9.

Sur les réseaux sociaux, les réactions ne se sont pas faites  attendre : 

Des condamnations multiples 

L'OGC Nice a condamné "avec la plus grande fermeté" mercredi soir le chant de ses supporteurs se moquant d'Emiliano Sala. Les entraîneurs niçois et nantais Christophe Galtier et Antoine Kombouaré ont également fait part de leur indignation. 

Dans un communiqué, l'OGC Nice indique qu'il: 

ne reconnaît en rien ses valeurs ni celles de l'ensemble de la famille rouge et noir dans cette provocation impensable et abjecte d'une minorité de ses supporters

Christophe Galtier

Le club a également apporté "son soutien à la famille et aux proches d'Emiliano Sala".


Des excuses formulées également par Christophe Galtier qui a ajouté : 

Je n'ai pas de mots pour qualifier ce que nous avons entendu. Au retour dans les vestiaires, il n'y a pas eu de cris, de joie… mais de la stupeur.

Christophe Galtier

Avant de conclure : "On peut entendre beaucoup de choses dans un stade de foot. Mais là, d'où viennent des insultes à l'encontre d'un footballeur décédé. Elles venaient de quelques personnes, mais elles n'étaient pas que trois. Mais qu'elles restent chez elles avec leurs bouteilles et leurs insultes. Si c'est ça notre société, on est dans la merde." 

Le maire de Nice, Christian Estrosi, s'est aussi prononcé sur cette polémique : 

Même son de cloche à Nantes, "la connerie humaine n'a pas de limites, je suis scandalisé", a renchéri l'entraîneur du club, Antoine Kombouaré, interrogé en zone mixte après la victoire des Canaris contre Rennes (2-1) dans la soirée. 

Ces mecs-là n'ont rien à faire dans un stade. Il faudrait les bannir, vraiment. C'est honteux. J'ai de la peine pour la famille d'Emiliano. Je savais que les supporters pouvaient être violents, cons, mais là…

Antoine Kombouaré

La ministre des sports Roxana Maracineanu a également réagi. 

Réaction des ultras 

En début d'après-midi, les supporters ultras ont réagi dans un communiqué. Des excuses en demi-teinte qui n'ont pas du tout calmé les esprits ni étouffé la polémique. "Et voilà qu'après une erreur, puisse-t-elle paraître énorme ou non selon les pensées de chacun, tout est remis en question". Les supporters ont été jusqu'à affirmer qu'il s'agissait d'une "blague" : "Si nous comprenons évidemment l'émoi que peuvent susciter les paroles de ce chant, le second degré est partie intégrante de la culture Ultra, mais aussi de la nissardité." 

Des propos jugés indignes et qui n'ont pas manqué de faire réagir la toile : "La honte ne s’arrête donc pas", "Pire club de France, ça bouge pas", "Le communiqué transpire tellement la bêtise, c'est dingue ! Du pure concentré de cassos chez les ultras niçois…", pouvait on lire dans certains commentaires. 

Mort d'Emiliano Sala 

Emiliano Sala, 28 ans, avait perdu la vie début 2019 alors qu'il était à bord
d'un avion privé en direction du Pays-de-Galles, où il venait d'être transféré
au club de Cardiff pour 17 millions d'euros. Le petit avion à bord duquel se trouvait
le joueur s'était abîmé dans la Manche le 21 janvier 2019, sous une météo difficile.

Des insultes sexistes 

Le public niçois a également lancé des insultes envers Stéphanie Frappart,
l'arbitre de la finale, coupable à leurs yeux d'avoir accordé un pénalty imaginaire
aux Nantais.

La commission de discipline a été saisie après les chants niçois insultant Sala. La prochaine réunion de cette commission est prévue le mercredi 18 mai.