Elections législatives : la NUPES, l'alliance des gauches, présente ses candidats des Alpes-Maritimes

Publié le
Écrit par Karen Cassuto

Ce samedi 14 mai 2022, la NUPES (Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale), l'alliance des gauches, présente ses candidats aux élections législatives dans les circonscriptions des Alpes-Maritimes.

La rencontre est informelle. Comme un premier tour de piste pour l'alliance des gauches. La NUPES (Nouvelles Union Populaire Ecologique et Sociale) a présenté à Nice ses candidats aux élections législatives pour les circonscriptions des Alpes-Maritimes, devant une cinquantaine de personnes. Une manière "d'aller à la rencontre de ceux qui ne nous connaissent pas et de discuter" explique Anne-Laure Chaintron, candidate dans la première circonscription des Alpes-Maritimes. Tous les candidats de la NUPES ont été répertoriés sur cette carte créée par des activistes. 

Anne-Laure Chaintron dans la circonscription d'Eric Ciotti

Dans la première circonscription des Alpes-Maritimes qui couvre une grande partie de Nice, la candidate NUPES c'est donc Anne-Laure Chaintron. L'institutrice s'engage dans une campagne contre trois autres candidats : le député sortant Les Républicains Eric Ciotti, Graig Monetti pour Ensemble (ex LREM), adjoint au maire de Nice Christian Estrosi et chef de cabinet de Frédérique Vidal (ministre de l'Enseignement supérieur) et Muriel Vitetti pour le Rassemblement National. Anne-Laure Chaintron entend renouveler une circonscription qu'elle connait bien, indique-t-elle au micro d'Hélène France et Frédéric Cerulli de France 3 Côte d'Azur. 

C’est ma circonscription, je la connais très bien. J'y vis depuis 25 ans, j’y travaille : je suis institutrice. J’habite dans le vieux Nice et j’ai travaillé dans les quartiers populaires de Nice.

Anne-Laure Chaintron, candidate aux élections législatives dans la 1ère circonscription des Alpes-Maritimes

Elle explique que l'important pour elle, "c'est le renouveau démocratique. Ça veut dire que vraiment on veut impliquer un maximum les personnes dans ces campagnes." Elle ajoute : "j’ai des désirs de changement au niveau national. Au niveau de notre circonscription, on connait bien les problématiques de Nice, il y en a pas mal : le logement, le climat, la pollution de la mer, la pollution de l’air."

Un professeur des écoles à la retraite dans la 5e circonscription

Dans la cinquième circonscription des Alpes-Maritimes, un professeur des écoles, qui a aussi été professeur d'éducation musicale pendant dix ans dans un collège, est candidat pour NUPES. Il s'appelle Philippe Benassaya. Il fait campagne contre Marine Brenier pour Ensemble, la députée sortante (élue sous l'étiquette des Républicains), Christelle D'Intorni pour Les Républicains et Frank Khalifa du Rassemblement National. 

Le retraité reconnait s'être lancé dans cette campagne aussi parce qu'il avait "davantage de temps". Soutenu par les écologistes, il a une vision d'abord verte, de l'alliance NUPES.

NUPES ce sont toutes les citoyennes et tous les citoyens qui ont d’abord une grande sensibilité écologique, qui sont inquiets des effets du dérèglement climatique et des problèmes de pouvoir d’achat de tous nos concitoyens qui sont souvent avec des salaires bas et qui ne peuvent pas et ne vont pas pouvoir répondre justement à ces grands défis qui vont nous coûter cher.

Philippe Benassaya, candidat aux élections législatives dans la 5e circonscription des Alpes-Maritimes

Ces candidats se sont presque tous présentés devant le public, à Nice, ce samedi 14 mai 2022. 

Un candidat manquant

Dans la deuxième circonscription des Alpes Maritimes, c'est Sonia Naffati pour NUPES qui affrontera Loïc Dombreval (sortant, Ensemble), Jean-Marc Macario (Les Républicains) et Lionel Tivoli (Rassemblement National).

Dans la troisième circonscription des Alpes-Maritimes, Giusti Enzo se présente pour NUPES face à Philippe Pradal (Ensemble), Laurent Castillo (Les Républicains), Benoit Kandel (Rassemblement National) et Cédric Roussel (dissident d'Ensemble, député sortant élu sous l'étiquette LREM).

Le ou la candidate de la 4e circonscription des Alpes-Maritimes n'est pas connu(e), pour l'instant. Il ou elle fera campagne contre Alexandra Valetta Ardisson (Ensemble, députée sortante), Roger Roux (Les Républicains) et Alexandra Masson (Rassemblement National).

Pour la 6e circonscription ce sera Nicole Mazzella (NUPES) face à Jean-Bernard Mion (Ensemble), Laurence Trastour-Isnart (Les Républicains, députée sortante) et Bryan Masson (Rassemblement National). 

La 7e circonscription verra s'affronter pour NUPES, Arthur Meyer-Abbatucci, pour Ensemble, Eric Mele, pour Les Républicains, Eric Pauget (député sortant) et pour le Rassemblement National, Tanguy Cornec. 

Dans la 8e circonscription Lucia Soudant (NUPES) fera campagne contre Jean-Valéry Desens (Ensemble), Alexandra Martin (Les Républicains) et Dorette Landerer (Rassemblement National). 

Enfin, la 9e circonscription oppose Chantal Chasseriaud (NUPES) à Mayaa-Patience Tudiesche (Ensemble), Michèle Tabarot (Les Républicains, sortante) et Franck Galbert (Rassemblement National). 

"Ca fait des années qu'on attend ça!"

La cinquantaine de militants sur place ne cache pas sa joie d'une telle alliance pour ces élections législatives. 

Ça fait des années qu’on attend ça, ça fait des années que le peuple de gauche des Alpes-Maritimes attend qu’il y ait une union de la gauche, qu’on arrête avec les bisbilles, les querelles d’égaux, qu’on arrête avec les conflits des partis, avec des choses qui paraissent très lointaines aux gens qui sont vraiment touchés par la précarité et qui ont besoin d’être défendus, qu’on les écoute, qu’on porte leur voix.

David Nakache, président de l’association "Tous citoyens!"

Pour ces militants, NUPES est "l'espoir d'une possibilité d'une autre majorité à l'assemblée nationale que celle du président élu", comme l'indique un militant communiste au micro de France 3 Côte d'Azur.