Eric Ciotti brigue la tête des Républicains dans les Alpes-Maritimes : les réactions politiques

Publié le Mis à jour le

Ce samedi, les politiques azuréens réagissent aux déclarations d’Eric Ciotti, candidat à la présidence de la fédération des Républicains dans les Alpes-Maritimes.

Eric Ciotti le dit et il le répète : il est candidat à la présidence de la fédération des Républicains des Alpes-Maritimes, fonction occupée aujourd’hui par Christian Estrosi.

Le député de la première circonscription de Nice, et possible candidat aux municipales dans la capitale azuréenne, a développé dans une longue interview parue ce samedi dans Nice-Matin ce qu’il avait déjà annoncé le 8 juillet dernier à Levens.
 
Un entretien qui intervient quelques jours après d'autres déclarations choc : Eric Ciotti accuse Christian Estrosi de "grave trahison politique" en ayant participé, au début de ce mois d'août, à une réunion à l'Élysée.
 

Dans le camp Estrosiste, la réplique n’a pas traîné. Pour son fidèle directeur de cabinet, Anthony Borré, cette nouvelle annonce de candidature est un non-événement… Pour lui "Eric Ciotti veut être candidat à tous les postes occupés par Christian Estrosi" :
 
Christelle D'intorni, maire de Rimplas et soutien de Eric Ciotti, a été la première élue azuréenne à réagir sur Twitter, pour appeler à ce que les Républicains des Alpes-Maritimes soient présidés par "un homme de droite" :
 
Le sénateur, ex-maire de Mandelieu La Napoule, Henri Leroy, n’a pas tardé non plus, ce samedi matin a réaffirmer son soutien "sans quiproquo" à Eric Ciotti.
   
A la mi-journée, Charles-Ange Ginesy, qui a succédé à Eric Ciotti à la présidence du Département des Alpes-Maritimes,  s'exprimait à son tour : "nos militants ont besoin d’une voix forte et claire".
   
Puis le premier vice-président du Département et maire de Cap d'Ail, Xavier Beck :
       
Dans le camp opposé, la réplique est d'abord venue de Marine Brenier. "Les Français ne nous pardonneront pas ces guerres d'égo" écrit la députée de la 5ème circonscription des Alpes-Maritimes détenue pendant 15 ans par Christian Estrosi :
   

Observateur intéressé de cette guerre fratricide, Philippe Vardon (RN), ne s'est pas non plus privé de réagir, rappelant le long passé commun de Christian Estrosi et Eric Ciotti :
 
Dans ce combat sur le terrain de la communication, les absences de réaction peuvent aussi être parlantes. Sur les réseaux sociaux, le premier intéressé, Christian Estrosi, n'a pas commenté cette candidature. Il a choisi de rendre hommage à l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan... et a souligné sa "sérénité", au vert et en famille :
 

Quant au maire de Cannes et proche d'Eric Ciotti, David Lisnard, il a multiplié ce samedi matin les retweets... sans rapport avec la politique locale.

Les adhérents des Républicains dans les Alpes-Maritimes doivent être appelés à élire leur nouveau président départemental les 13 et 14 octobre prochains.