• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Fusillade à Orlando : la Côte d'Azur rend hommage aux victimes

La ville de Nice rend hommage aux victimes. / © E. Ching
La ville de Nice rend hommage aux victimes. / © E. Ching

Suite à la fusillade qui a fait 49 morts et 53 blessés ce week-end à Orlando aux USA dans une discothèque fréquentée par la communauté LGBT - lesbienne, gay, bi et trans. Un hommage a été rendu ce lundi soir à Nice par l'association locale. Les internautes mobilisés.

Par @annelehars

"Aujourd’hui, la communauté lesbienne, gay, bi et trans est en deuil. Alors que de nombreuses villes en France et dans le monde commémorent les émeutes de Stonewall en ce mois de juin en accueillant les Marches des Fiertés, cette fusillade nous rappelle cruellement que la haine de l’autre est toujours là. Logée dans les interstices de la société, la violence homophobe, lesbophobe, biphobe, transphobe, celle qui méprise toutes celles et ceux qui n’entrent pas dans la norme, peut frapper et s’abattre à tout moment", écrit le Centre dans un communiqué.

L'image diffusée sur les réseaux sociaux en soutien aux victimes :

"We stand with orlando", le symbole du soutien aux victimes et à leurs familles.
"We stand with orlando", le symbole du soutien aux victimes et à leurs familles.

Minute de silence à Nice

L'hommage a eut lieu ce lundi  dans les locaux du Centre LGBT Côte d’Azur, 123 rue de Roquebillière, à Nice. Une minute de silence observée.
"Pour nous souvenir. Pour rendre hommage. Et pour ré-affirmer que, face à la haine et aux violences, nous resterons uni-e-s, debout, et plus que jamais déterminé-e-s à continuer à construire une société de respect, d’amour et de vivre-ensemble", conclut le communiqué.

Les drapeaux sont en berne sur le fronton de la mairie de Cannes depuis ce lundi matin. / © David Lisnard
Les drapeaux sont en berne sur le fronton de la mairie de Cannes depuis ce lundi matin. / © David Lisnard


Les hommages se multiplient :






 

Sur le même sujet

Interview du colonel Jacques Baudot, SDIS 83

Les + Lus