Journée mondiale de lutte contre le cancer : A Nice, 2 nouvelles plateformes de lutte contre la maladie

Publié le Mis à jour le

Ces 2 nouvelles plate-formes qui répondent aux doux noms de CYTOMED et PICMI ont été mises en place à l'Institut de Recherche sur le Cancer et le Vieillissement. Financées notamment par le Conseil Général, elles vont permettre de mieux analyser et surtout d'isoler les cellules malades.

Eric Ciotti, Président du Conseil général des Alpes-Maritimes, s'est rendu à l’Institut de Recherche sur le Cancer et le Vieillissement de Nice (IRCAN), pour la présentation de CYTOMED (plateforme de phénotypage multiparamétrique à haut débit de cellules) et de PICMI (plateforme d’imagerie cellulaire et moléculaire).

Pour assurer la dynamique scientifique de l’IRCAN et le développement de nouvelles approches du cancer, des technologies de pointe en analyse cellulaire et métabolique sont indispensables.

Dans le cadre de l'Appel à Projets Santé 2012 du Conseil général, l’IRCAN a proposé la création d’une nouvelle plateforme à la faculté de médecine, campus Pasteur, appelée Cytomed. Le Département a retenu ce projet qu’il finance à hauteur de 500 000 €.

Cette plateforme, unique dans la région, est accessible à tous les chercheurs du département. Son objectif est d’analyser et d’isoler à haut débit et en temps réel une très grande variété de cellules différentes en fonction de paramètres multiples (taille, forme, fluorescence, métabolisme…).

La Cytomed est ainsi composée de 3 appareils : un trieur BD ARIA III (appareil présenté lors la visite), d’un Biosorter et d’un SeaHorse.

En 2010, c’est la plateforme d’imagerie cellulaire et moléculaire (PICMI) que le Département avait déjà soutenue. Sa technique de Microscopie à Force Atomique permet d’étudier des paramètres physiques d’échantillons biologiques et la topographie de leur surface avec une résolution inégalée.

L’IRCAN, un institut de haute technologie dans la recherche biomédicale :
Les recherches menées à l’IRCAN sont résolument novatrices, car elles cherchent à comprendre les mécanismes biologiques unissant le vieillissement et les cancers.

Ces études permettront de mieux traiter les cancers de différentes origines tissulaires et des maladies liées à l’âge. En outre, de nouveaux tests de prévention, diagnostics et médicaments sont à espérer.