La famille Venturino installée sur la route du stade Allianz expulsée ce jeudi

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anne Le Hars
Les octogénaires Venturino dont la villa se trouve sur le tracé d'une voie devant relier Nice au stade de football de l'Allianz Riviera ont été expulsés.
Les octogénaires Venturino dont la villa se trouve sur le tracé d'une voie devant relier Nice au stade de football de l'Allianz Riviera ont été expulsés. © F3

Les octogénaires dont la villa se trouve sur le tracé d'une voie devant relier Nice au stade de football de l'Allianz Riviera ont été expulsés. La famille Venturino est pour l'heure à l'hôpital Pasteur en raison de leur âge et de leur santé. Leur bras de fer avec les autorités aura duré 4 ans.

Tout doit être prêt en juin prochain pour accueillir l’Euro 2016 à Nice. Pour cette compétition de football, une route est en attente, elle doit relier le bord de mer au stade de l’Allianz Riviera. Mais problème, sur son tracé, il y a la maison de la famille Venturino. 

Jeanne Venturino, 87 ans, sa sœur, Marcelle, 84 ans et le mari de cette dernière Pierre Carabalona, 86 ans, ont été expulsés ce jeudi matin à 9h30. Ils sont pour l'heure à l'hôpital Pasteur. Ils n'ont opposé aucune résistance.

Peu avant 11H, des policiers barraient l'entrée de la maison, où des constats étaient effectués avant qu'elle ne soit vidée.

Ce jeudi matin :

durée de la vidéo: 00 min 25
Expulsion ce matin de la famille Venturino à Nice

Depuis juillet 2011, de multiples tentatives de conciliation ont été entreprises par la ville et dès mars 2015, les travaux de la Voie de 40 mètres avaient été modifiés pour leur faire gagner du temps. Mais rien n'a bougé en 4 ans de combat.

Dernier épisode en date du 16 février denier, la demande par le préfet des Alpes-Maritimes de recourir à la force publique :

durée de la vidéo: 02 min 03
La force publique pourra être employée pour déloger la famille Venturino à Nice Ouest

La maison des trois octogénaires était frappée depuis le 12 juillet 2012 d'une mesure d'expropriation. En janvier, la métropole de Nice
avait obtenu en justice une décision confirmant cette expulsion.

Depuis décembre 2014, cette villa est la  propriété de la Ville de Nice, qui avait pris une déclaration d'utilité publique en décembre 2011, une DUP, pour permettre la construction d'une voie dite des 40 mètres entre le stade de Nice et le quartier de l'Arénas.

Expropriation refusée

 

La Métropole de Nice Côte d'Azur avait consigné une somme de plus de 700.000 euros, montant fixé par la justice pour la valeur de la maison
Rien à faire pour les Venturino, qui ont été jusqu'à déposer plainte contre la Métropole pour "intimidations et menaces", "abus de faiblesse sur personnes placées sous protection" et "tentative d'extorsion de signatures".

En septembre 2015, la métropole de Nice avait anticipé la résistance de la famille Venturino-Carabalona. Des travaux destinés à faire passer la route, une voie dite de 40 mètres destinée à desservir le stade de l'Allianz Riviera, avaient ainsi été entamés de chaque côté de la maison.

Réaction ce jeudi d'un mebre du comité de soutien à la famille :

durée de la vidéo: 00 min 15
Réaction à l'expulsion de la famille Venturino

 

Autour d'eux, la résistance :
Autour de cette affaire, de nombreuses réactions et mobilisations ont vu le jour au fil des années.
L'association Terra Segurana  y avait par exemple établi un jardin partagé. 
La famille avait aussi fait appel à Gilles Zamolo, un des leaders du parti indépendantiste niçois, connu comme le loup blanc pour avoir contribué à faire condamner l'Etat ou les collectivités dans des litiges avec des particuliers. Il a été désigné comme mandataire familial pour assister la famille dans la procédure.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.