• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Meurtre de Stéphanie Fauviaux : Lylian Legrand condamné à 30 ans de prison

L'avocat général, Luc Frémiot, qui a requis 30 ans de réclusion contre l'accusé. / © DENIS CHARLET / AFP
L'avocat général, Luc Frémiot, qui a requis 30 ans de réclusion contre l'accusé. / © DENIS CHARLET / AFP

Le militaire de Nice a continué de nier les faits lors du procès. 

Par Avec AFP

"Pour mes clients, c'est enfin l'aboutissement du combat qu'ils mènent depuis 22 ans. La décision de la cour d'assises consacre une vérité, celle de la culpabilité de M. Legrand et, c'est ça, qui était le plus important pour eux". Gildas Brochen, l'avocat de la famille de Stéphanie Fauviaux, a fait part de sa satisfaction à l'issue du verdict. 

Ce mercredi, l'ancien gendarme Lylian Legrand, 46 ans, a été condamné à 30 ans de réclusion criminelle par la cour d'appel de Saint-Omer pour le meurtre de cette étudiante à Lille, en 1995. 

Identifié grâce aux progrès de la science


Stéphanie Fauviaux, 18 ans, avait été découverte par la police, étranglée, vêtue d'un peignoir ouvert, dans la baignoire de l'appartement qu'elle partageait avec une amie dans le centre de Lille. Après 17 ans d'enquête et grâce aux progrès de la science, l'ADN de Legrand, l'une de ses connaissances, avait été identifié sur le peignoir.

Aux enquêteurs, ce militaire de Nice avoue alors une relation sexuelle ce matin-là, expliquant que Stéphanie Fauviaux était morte en tombant. Dans une autre version, il confirme la relation sexuelle, mais assure que la jeune fille était en vie quand il avait quitté l'appartement. Autre élément qui a pesé sur l'accusé : une lettre écrite à sa femme lors de sa garde à vue où il dit ses "regrets".

"Vous êtes un criminel"


Pourtant, devant les assises de Saint-Omer, comme en première instance en 2016, l'accusé a contesté l'intégralité de faits dès le premier jour de son procès. Pour justifier ses précédents aveux, il dénonce notamment la "pression des enquêteurs".  

Sa peine n'aura donc pas été adoucie en appel, et les 30 de réprison, requis par l'avocat général, Luc Frémiot, ont été assortis de cinq ans d'interdiction de port d'armes. 

Lors du procès, Luc Frémiot a dénoncé "l'indécence" de l'accusé. "Je vous le dis, M. Legrand : vous êtes un criminel", a-t-il lancé.

Sur le même sujet

Karine Jouglas (06)

Les + Lus