Nice : un “escape game” pour faire changer le regard des personnes valides sur le handicap

Chaque énigme résolue par les joueurs déclenche un don de 10 centimes à une association d’aide aux personnes handicapées. / © Djamel Mouaki / FTV
Chaque énigme résolue par les joueurs déclenche un don de 10 centimes à une association d’aide aux personnes handicapées. / © Djamel Mouaki / FTV

Dans ce jeu grandeur nature, les participants réalisent un parcours semé d'énigmes, qui testent leurs cinq sens. Les joueurs participent à des ateliers qui leur font perdre leurs repères et les initient aux méthodes de communication des personnes en situation de handicap. 

Par June Raclet

Le lieu : un appartement du centre de Nice transformé en plateau de jeu grandeur nature. Les règles : parcourir un itinéraire jalonné d'énigmes, qui font appel aux cinq sens des participants. Il faut goûter, toucher, écouter, sentir ...

Ce concept de divertissement, nommé Sensas, propose différents parcours qui durent entre 1 h 30 et 2 h. Noémie de Saint Jores, est responsable du parcours sensoriel : " les joueurs passent dans différents ateliers qui sont pour la plupart dans le noir. Ainsi, ils sont privés du sens majeur qui est la vue, et font travailler d’autres sens. Certaines épreuves sensibilisent aussi au braille ou au langage des signes ".

Les équipes sont composées de 4 à 30 participants. Elles évoluent dans l'esprit d'un escape game, sans la notion de temps à respecter.
 


Le jeu permet aux valides de se mettre à la place des déficients sensoriels.

Aujourd'hui, les équipes mêlent des personnes en situation de handicap et leurs accompagnateurs, valides. Le jeu n’est pas qu’une simple distraction, c’est aussi un moyen de mieux comprendre l’autre, affirme Stéphanie Graux, animatrice à l'AFPJR, l’Association de formation et de promotion pour jeunes et adultes en recherche d’insertion. 

" Les personnes déficientes sensorielles, qui sont sourdes ou aveugles, ont les autres sens plus développés que nous. Elles ont une sensibilisation que nous n’avons pas. Le jeu permet aussi aux personnes valides de se mettre à la place des déficients sensoriels et de mieux comprendre leur quotidien ", précise Stéphanie Graux.

Chaque énigme résolue par les joueurs déclenche un don de 10 centimes à une association d’aide aux personnes handicapées. 1000 euros ont déjà été récoltés depuis le début de l'année. Ce jeu sur les sens n’oublie pas le sens de la solidarité.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus