Nice : Fonctionnaires dans la rue pour la défense de l'emploi et des salaires

© France3 Côte d'Azur
© France3 Côte d'Azur

Infirmiers, enseignants, pompiers, éducateurs, policiers, gardes champêtres. Plus de cinq millions de fonctionnaires étaient appelés jeudi à une journée d'action axée sur leurs salaires, non revalorisés collectivement depuis 2010, mais le gouvernement est clair: sans croissance, pas d'augmentations.

Par Yves Lebaratoux

7 syndicats (CFDT, CFTC, CGT, FA-FP, FSU, Solidaires et Unsa) ont lancé un appel commun pour que les agents se mobilisent "massivement", notamment par la grève, FO les ayant aussi appelés de son côté à cesser le travail.
Le président François Hollande, qui a pris ses fonctions il y a tout juste 2 ans, n'avait jusqu'ici été confronté qu'à une seule journée d'action unitaire (CGT, FSU et Solidaires) de fonctionnaires début 2013. Mais le mouvement, qui portait déjà sur le pouvoir d'achat, n'avait pas fait le plein.
Aujourd'hui, les syndicats descendent en bloc dans la rue pour réclamer à nouveau un dégel du point d'indice, qui sert de base au calcul des salaires et n'a pas été augmenté depuis juillet 2010.
Pour eux, l'annonce par le gouvernement Valls du maintien de son gel jusqu'en 2017 est "inacceptable".

"Ce qu'on attend aujourd'hui -tous les syndicats-, c'est l'annonce immédiate du dégel de la valeur du point. C'est une justice sociale c'est aussi un besoin économique", dit Jean-Marc Canon (CGT, premier syndicat de fonctionnaires).


Pas de chance: dans un courrier daté du 13 mai et adressé aux syndicats, le Premier ministre Manuel Valls campe sur ses positions, car "les efforts demandés (aux Français, ndlr) doivent être justes et équitablement répartis", selon lui.
La ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu l'a redit clairement ce matin sur France Info en s'appuyant sur l'annonce de l'Insee d'une croissance nulle au 1er trimestre: "nous ne pourrons faire de geste que le jour où la croissance redémarrera dans notre pays".
M. Canon fait part d'une "incompréhension par rapport à la politique menée" par la gauche chez les agents.

 / © France3 Côte d'Azur
/ © France3 Côte d'Azur

A Nice, un cortège a quitté la gare Thiers pour rejoindre, via la Promenade des Anglais, la place Masséna.

Sur le même sujet

Les + Lus