Nice : la gauche demande l'ouverture de structures d'accueil pour aider les sans-abris

Dans la lutte contre le Covid-19, les sans-domicile fixe niçois sont-ils assez protégés ? Non, d'après l'association "Tous citoyens !" qui demande au maire de Nice d'ouvrir des structures d'accueil au plus vite.

Sans-abri sur un banc, le 17 mars 2020
Sans-abri sur un banc, le 17 mars 2020 © JOEL SAGET / AFP
Pour David Nakache, président de l'association "Tous citoyens!" et co-listier sur la liste Viva ! lors des élections municipales de 2020, durant cette période de confinement, la ville de Nice ne prend pas assez de mesures pour venir en aide aux sans-abri. "Il y a toujours des SDF qui vivent dans la rue. Certains, comme à Nice Riquier, ne savent même pas qu'ils doivent se confiner. Ils n'ont pas vu un travailleur social depuis le 16 mars, date du début du confinement", s'agace David Nakache.


Dans un communiqué publié le vendredi 20 mars, le rassemblement citoyen Viva ! demande d'ouvrir des lieux d'accueil, comme à  Cannes ou à Montpellier, pour les plus démunis afin "de limiter la propagation du Covid-19, de leur apporter des conditions de vie dignes et un peu d’humanité"
 
Pour lutter contre le Covid-19, la ville a réduit la capacité d'accueil de ses centres. En hiver, 152 lits sont disponibles mais pour respecter les consignes sanitaires, les centres n'accueillent plus que 102 sans-abris, les autres sont logés dans des hôtels. Une politique que regrette David Nakache : "Normalement c'est à l'Etat d'aider les plus démunis, mais il y a une faille. C'est donc à la ville de compenser. Le problème des hôtels c'est que le personnel n'est pas protégé et n'est pas formé pour détecter le coronavirus. C'est pour ça que l'on demande une structure adaptée. Ca peut-être un gymnase, l'Acropolis ou l'Hôpital St-Roch s'il est opérationnel".


D'après le Centre Communal d'Action Social de Nice, il n'est pas prévu d'ouvrir une structure pour accueillir les plus faibles mais Eliane Botte, sa directrice, nous affirme que même dans les hôtels, les SDF ne sont pas abandonnés : "les équipes prennent contact avec eux tous les deux jours, de plus l'accueil de nuit est ouvert toute la journée. On leur recommande de ne pas sortir de l'endroit où ils sont et de ne pas se regrouper. Des consignes difficiles à faire respecter".

La directrice reconnaît que depuis le lundi 16 mars, date du début du confinement, l'aide a eu du mal à se mettre en place. Certains accueils associatifs ont fermé leurs portes, les repas n'étaient plus distribués aux endroits habituels. "On a eu une semaine d'adaptation mais depuis vendredi 20 mars on a repris les distributions de nourriture à l'accueil de jour, à la villa Thiole et rue Fodéré. Quant aux personnes logées à l'hôtel on leur apporte leurs repas" explique Eliane Botte.


Jusqu'à présent aucun sans-abris niçois n'a été contaminé par le Covid-19 mais les services de l'Etat ont prévu à Nice, trois endroits d'une vingtaine de place chacun pour accueillir les malades.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société sdf