Cet article date de plus de 3 ans

La Niçoise Véronique Olmi finaliste pour le prix Goncourt

On connaît les quatre finalistes de ce prix prestigieux, qui sera attribué le 6 novembre à Paris. La parité est respectée, avec deux hommes et deux femmes, dont une Niçoise, Véronique Olmi.
Véronique Olmi fait partie des quatre finalistes du prix Goncourt
Véronique Olmi fait partie des quatre finalistes du prix Goncourt © Joëlle Saget / AFP
Qui succèdera à Leila Slimani, journaliste et écrivaine franco-marocaine, qui a reçu le prix Goncourt 2016 pour son deuxième roman, Chanson douce ?
Quatre auteurs sont en lice :  deux femmes,  la Niçoise Véronique Olmi et Alice Zeniter, et deux hommes, Yannick Haenel et Éric Vuillard. Un hasard, selon Bernard Pivot, président du jury Goncourt ( qui compte aussi Pierre Assouline, Tahar Ben Jelloun, Françoise Chandernagor, Philippe Claudel, Paule Constant, Didier Decoin, Virginie Despentes, Patrick Rambaud et Eric-Emmanuel Schmitt).

On ne choisit pas en fonction du sexe ou de l'origine de l'auteur. On décide en fonction du livre. C'est la seule chose qui compte.


Véronique Olmi


Véronique Olmi, 55 ans, est Niçoise. Elle est la petite-fille de Philippe Olmi, ministre de l'Agriculture, député des Alpes-Maritimes et maire de Villefranche-sur-Mer durant vingt ans entre 1947 et 1965.
Comédienne, dramaturge et bien sûr romancière, elle  a déjà obtenu le prix du roman FNAC pour son livre "Bakhita"  publié chez Albin Michel.

##fr3r_https_disabled##


Son livre marche fort, il s'est vendu à 46.000 exemplaires et il raconte l' histoire d'une petite esclave soudanaise du XIXe siècle proclamée sainte en 2000 par le pape Jean Paul II. Véronique Olmi est en plus d'être finaliste pour le Goncourt, l'est aussi pour le prix Fémina qui sera décerné à Paris le 8 novembre prochain.
 

Les autres finalistes


Alice Zeniter,  31 ans, a écrit " L'art de perdre" paru chez Flammarion, récit puissant sur les non-dits de la guerre
d'Algérie. Elle est aussi finaliste du prix Fémina et elle a obtenu le Prix des libraires de Nancy (un prix présenté parfois comme l'antichambre du Goncourt), le prix littéraire du journal Le Monde et le prix Landerneau des lecteurs.

##fr3r_https_disabled##
Auteur de "Tiens ferme ta couronne" (Gallimard), Yannick Haenel, 50 ans, a manqué d'une voix la semaine dernière le Grand prix du roman de l'Académie française . En lice également pour le Médicis (attribué le 9 novembre), "Tiens ferme ta couronne"  est un roman déjanté. 

##fr3r_https_disabled##
Éric Vuillard, 49 ans, auteur de "L'ordre du jour" (Actes Sud), fait un peu figure d'exception. Des quatre écrivains retenus par le jury du Goncourt, il est le seul à ne pas avoir été publié à la rentrée. Sorti au printemps, "L'ordre du jour", court récit de 160 pages, retrace de façon saisissante l'arrivée au pouvoir d'Hitler, raconte l'Anschluss et dissèque le soutien sans faille des industriels allemands à la machine de guerre nazie.

##fr3r_https_disabled##

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
littérature culture livres