Traditions de Noël à Nice : démêlez le vrai du faux

Les 13 desserts de Noël sont-ils les mêmes à Nice ou à Aix-en-Provence ? / © France 3 PACA
Les 13 desserts de Noël sont-ils les mêmes à Nice ou à Aix-en-Provence ? / © France 3 PACA

Entre les santons et les 13 desserts, vous croyez tout connaitre des traditions niçoises et provençales de Noël... testez-vous, et préparez, grâce à cet article, un réveillon de puriste.

Par Jacqueline Pozzi

► Plus il y a de santons, plus la crèche est réussie

Cela commence bien : ❌ FAUX !

Lou ravi et tous les santons représentant les métiers d'antan ont leur place dans la crèche provençale. Mais à Nice, la crèche, Presèpi en nissart, se concentre sur une représentation minimaliste de la Nativité : Jésus, Marie, Joseph, le boeuf et l'âne. Et on s'arrête là ! "Même la présence des rois mages est un début de "provencialisation" de la crèche" selon l'historien niçois Alex Benvenuto. Les figurines sont généralement des santons, mais elles peuvent aussi être en bois, tradition du haut-pays niçois.
 

La période de Noël commence le 1er dimanche de l'Avent

Encore ❌ FAUX.

A Nice, la Saint-Barbe prend l'ascendant sur la tradition de l'Avent qui veut que l'on se prépare au retour de Jésus à partir du quatrième dimanche avant Noël. La Sainte-Barbe est le 4 décembre. Ce jour-là, dans le comté de Nice, on sème le blé et les lentilles que l'on mettra à germer près de la crèche. Le soir du réveillon, ces graines germées, symbole de fertilité et de prospérité, viendront décorer la table.
 

► Lors du réveillon de Noël, on déguste la traditionnelle dinde farcie

❌ Archi-FAUX.

Dans la tradition niçoise, le menu du réveillon est composé de sept plats maigres, c'est-à-dire sans viande. On déguste ainsi par exemple la morue aux poireaux, le gratin de courges, les côtes de blettes ou les ravioles sauce aux noix. Ce repas, le gros souper, lou gros soupà, est servi sur la première des 3 nappes superposées sur la table familiale. La deuxième accueillera le déjeuner du 25, avec viande ! et la troisième le repas constitué des restes.

► Le soir de Noël on allume un feu dans la cheminée

✅ VRAI, mais c'est pour mieux l'éteindre !

La tradition appelée lou cacha-fuèc veut que le plus âgé de la famille recouvre le feu de cendre pour l'éteindre le soir du 24. Le lendemain, c'est au plus jeune de le rallumer. L'expression lou cacha-fuèc désigne désormais le réveillon en niçois.
Le feu de cheminée que l'on éteint le soir de Noël dans la tradition niçoise. / © Max PPP
Le feu de cheminée que l'on éteint le soir de Noël dans la tradition niçoise. / © Max PPP

► On décore la maison avec du gui

❌ SURTOUT PAS !

Dans les autres régions françaises, faites ce que vous voulez. Mais dans le comté de Nice, le gui a la réputation de porter malheur. On lui préfère le houx que l'on trouve en quantité dans l'arrière-pays, pour décorer les tables et les portes d'entrée.
 

► A Nice, on déguste les 13 desserts

✅ VRAI.

A ceci près que les 13 desserts de Nice ne sont pas ceux de Provence. "La liste n'est pas figée", précise Alex Benvenuto, "mais il y a des incontournables" à déguster au retour de la messe : les ganses, la tourte aux blettes, la fougasse à la fleur d'oranger, les rouleaux de figue sèche. On peut y ajouter la pâte de coing, la tarte à la confiture avec les croisillons, ou aux pignons, ou au miel et aux noix. L'important étant d'arriver à 13, chiffre symbolisant Jésus et ses douze apôtres. 
 
Que votre choix se soit porté sur la tourte aux blettes ou la morue aux poireaux, sachez que ces plats doivent être préparés avec le plus grand respect. Car la cuisine niçoise vient de faire son entrée au patrimoine culturel immatériel de la France, premier pas, peut-être, vers un classement au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Sur la page Facebook consacrée à ce projet, vous trouverez quelques recettes dans la pure tradition, vous permettant ainsi de souhaiter un Joyeux Noël en nissart : bouoni calèna !

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus