Cet article date de plus de 5 ans

Omar Omsen, le jihadiste niçois que l'on croyait mort, est bien vivant

Selon notre confrère de France 2, le journaliste Romain Boutilly, le Niçois Omar Omsen, l'un des principaux recruteurs du jihad français est bien vivant. Il l'a retrouvé pour un documentaire diffusé ce jeudi 2 juin, dans "Complément d'enquête".
C'est un reportage exceptionnel que proposera ce jeudi l'émission "Complément d'enquête sur France 2. En effet, on y voit Omar Omsen ce Niçois de 40 ans censé être mort mais pourtant bien vivant.

En 2015, Omar "Omsen" Diaby, considéré comme un grand recruteur de jeunes jihadistes français, est annoncé comme mort en Syrie. 

durée de la vidéo: 02 min 18
Le chef jihadiste français Omar Omsen bien vivant

Qui est Omar Omsen ?

Omar Omsen Diaby est né au Sénégal, il a grandi à Nice, dans le quartier de l'Ariane. Dans les années 90, il fait cinq ans de prison pour tentative de meurtre, puis est impliqué dans plusieurs braquages en 2002 et 2003. A sa sortie de prison, il se radicalise et prêche sous le nom de "Frère Omsen". Arrivé en Syrie en 2013, il avait recruté des centaines de jeunes via des vidéos les appelant à combattre en Syrie.

Mort au combat à la "suite de blessures" en août 2015 près d’Idlib, dans l'ouest de la Syrie.

Sauf qu'aujourdhui, une équipe de France a des preuves de vie et mieux : "le principal recruteur de jihadistes français", comme l’ont longtemps présenté les autorités et les médias, est bel et bien vivant. Les autorités n'ayant jamais d'ailleur confirmé sa mort.

Extrait de l'émission de ce jeudi :


INFO FRANCE 2. Complément d'enquête. Omar Omsen, le jihadiste français qu'on croyait mort, est bien vivant

Après ce que l'émission présente comme "trois heures d'interminables échanges, de jeux de piste et d'énigmes", le journaliste Romain Boutilly reçoit un message : "L'émir Omar Omsen n'est pas mort, l'annonce de sa mort a été répandue pour une raison bien précise. D'ailleurs, vous parlez avec Omar lui-même depuis tout à l'heure. (...) Je suis vivant!"
Un fichier audio de sa voix permet de confirmer l'information.
"Complément d'enquête" dépêche sur place un cameraman local donc plus "accepté" qu'un Français pour le filmer et l'interviewer. Celui-ci "reviendra après trois jours d'immersion aux côtés de ce 'mort-vivant' aussi atypique que son groupe". 

L'équipe a ainsi filmé en Syrie "une communauté religieuse, installée dans des tentes au milieu des pins, où vivent des familles françaises entières, naissent des enfants et sont célébrés des mariages ou des baptêmes". Une vie parsemée également de violents combats.

>> Voir l'article de Francetvinfo sur les conditions du tournage.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
djihad faits divers terrorisme