"On n’a pas mérité de la gagner" : les supporters présents à la finale de Coupe de France déçus de la défaite de l’OGC Nice

Publié le Mis à jour le

L’espoir a laissé place à la désillusion pour les supporters des Aiglons qui ont assisté à la défaite de leur club en finale au Stade de France. Sur le chemin du retour, ambiance maussade et tentatives d’explications recueillies auprès des passagers d'un TGV spécialement affrété.

L’élan des supporters niçois s’est décliné sur les rails en trois couleurs. Samedi, un TGV "noir", un "rouge" et un "or", prenaient la route pour Paris avec à leurs bords exclusivement des supporters du Gym.

Au départ de la capitale azuréenne, les supporters affichaient largement leur optimisme, en chantant "On veut la Coupe de France".

durée de la vidéo : 18sec
"On veut la Coupe de France" chantaient les supporters niçois en partant de Nice samedi 7 mai. ©Grégory Bustori/ France Télévisions

Sur le chemin retour, ce dimanche 8 mai au matin, aucun chant dans les rames, le public niçois est atone. C’est après une défaite qui leur laisse un goût amer, et une nuit trop courte, que les réactions se font plus précises sur la prestation des joueurs de Christophe Galtier.

Ils n’ont pas su aller chercher, face aux Canaris, la 105e Coupe de France. L’OGC Nice a été battu, ce samedi 7 mai au Stade de France, par un but à zéro.

"On aurait préféré perdre 3-0, mais produire du jeu", "on n’a pas mérité de la gagner"… C’est cette humeur qui prédomine chez les Azuréens qui ont fait le trajet dans le TGV "noir". Leur arrivée en gare Thiers, peu avant midi, vient ponctuer leur aller-retour vers Saint-Denis.

Pas assez offensifs ?

Pour Clément, 27 ans, ce voyage avec son groupe d'amis supporters ne s'est pas terminé comme prévu à cause de cette défaite, mais il tente de l'expliquer. "On n'a pas très bien joué, on ne mérite pas beaucoup plus. En terme de production de jeu, on n'a pas fait suffisamment de choses pour battre Nantes" estime-t-il.

Malgré les trois stars de l'attaque alignées dès le coup d'envoi (Gouiri, Dolberg et Delort), "on n'a pas su jouer sur leurs faiblesses. Ils [les Nantais] attaquent beaucoup, mais défendent moins bien. Même le côté contre-attaque, qui est notre force habituelle, on n'a pas su la mettre en avant et ça a donné un match un peu moyen, ce n'est pas suffisant pour gagner."

Les statistiques de l'attaque

Sur leurs prestations offensives de la veille, on juge durement les Niçois. Côté statistiques, la possession leur a été favorable (59% contre 41%), mais les artilleurs de l’OGC Nice ont fait moins parler la poudre que les Nantais qui ont cadré 5 frappes lors du match quand les Aiglons n’ont fait mouche que 3 fois.

Les joueurs d'Antoine Kombouaré, le coach nantais, ont eu 9 corners, contre 3 pour l’OGC Nice dont les joueurs n’ont jamais été signalés hors-jeu de tout le match. Deux indices de plus qui tendent à prouver le manque de velléités offensives des hommes de Christophe Galtier pendant les 90 minutes du temps réglementaire.

Cela n'a pas échappé à Clément. "On a 11 tirs, mais pas beaucoup de cadrés. Quand tu ne joues pas sur tes forces et que t'es pas bon en attaque, tu cadres moins, et forcément, tu marques moins. C'est un peu blasant, mais pas très étonnant au final". 

"Comme si on jouait un match de Ligue 1"

Beaucoup de supporters présents au stade reprochent à l’effectif niçois de ne pas avoir été plus engagé offensivement. "Manque de hargne" pour les uns ou de "rage" pour les autres. 

A partir du moment où il y a le penalty, t’avais 40 minutes pour revenir, on n'est pas revenus.

Marie, supportrice de l'OGC Nice

Le ralenti de la main litigieuse de Boudaoui au retour du vestiaire, qui a offert l'occasion aux Nantais, de mener au score, à certainement été la vidéo la plus vue par ces supporters dans le train. Certains n'ont pas hésité à blâmer l'arbitre, Stéphanie Frappart, d'autres ne cherchent pas d'excuse après cette finale perdue.

"Même sans le penalty, on ne méritait pas de toute façon. Perdre, c’est une chose, mais perdre en se battant, c’est autre chose. Là, c’est écoeurant." déplore Marie. 

"Ils n’avaient pas envie" poursuit son compagnon, Anthony. Le jeune couple partage le même sentiment que des supporters de la voiture 8, sur un éventuel manque d'engagement des Niçois, qui ont abordé ce match "comme si on jouait un match de Ligue 1".

Pour Anthony, il fallait jouer sans retenue : "si tu perds 1-0, que t’en prennes 2, 3, 4 ou 5, tu la perds quand même la finale. Il faut aller de l’avant, frapper de loin, tenter."

Tu dois avoir la rage de la finale, ce n’est pas 'tu prends 1-0, et basta c’est fini'. T’es au Stade de France !

Marie, supportrice des Aiglons

Un mercato trop léger et un manque de cadres

Dans les discussions qui se sont tenues lors de ce trajet retour, on tente d'expliquer aussi par la composition de l'effectif, l'échec niçois en Coupe de France. Un manque de cadres - avec des profils comme Didier Digard qui sont regrettés -, de joueurs plus techniques, voire plus âgés ou charismatiques, est constaté par certains.

Ben Arfa ou Balotelli se rappellent alors au bon souvenir des supporters. On reproche aussi à Julien Fournier (le Directeur du football de l'OGC Nice) d'avoir trop misé sur la jeunesse ces dernières années, et d'avoir manqué le mercato d'hiver. Le retour du latéral Jordan Amavi a notamment été une grande surprise pour les suiveurs du Gym. Et pas forcément une bonne.

Une fin de saison pleine de suspens

Mercredi 11 mai, en championnat, l’OGC Nice affronte l’AS Saint-Etienne. Les Verts tentent toujours d’échapper à la relégation, les Niçois espèrent rejoindre le podium. Pour leur 36e journée à venir, les Azuréens jouent gros. 

"Ca va être vide, il n’y aura personne mercredi à l'Allianz" craint l'un des supporters qui ne pense pas se déplacer au stade pour ce match de milieu de semaine, pourtant capital.

S'ils perdent trop de points avant la fin du championnat. Les Niçois pourraient se voir privés de toute compétition européenne... alors que le club était le dauphin du PSG, il y a encore quelques semaines.

Un raté de plus pour les ambitions niçoises qui pourraient être très contrariées en cette fin de saison.