• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Sur proposition d'Eric Ciotti, l'Assemblée vote le principe d'un drapeau français et européen dans les classes

Ces drapeaux seront dans chacune des salles de classes des établissements du premier et du second degré, publics ou privés sous contrat. / © BERTRAND BECHARD /MAX PPP
Ces drapeaux seront dans chacune des salles de classes des établissements du premier et du second degré, publics ou privés sous contrat. / © BERTRAND BECHARD /MAX PPP

Les députés ont adopté un amendement du député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti après l'avoir complété. Il prévoit dans le cadre de l'école de la confiance un drapeau français, un européen et le refrain de la Marseillaise dans chacune des salles de classe du premier et second degré.
 

Par Catherine Lioult

Eric Ciotti, député de la première circonscription des Alpes-Maritimes, souhaitait que les valeurs de la République soient portées au sein de l'école avec la présence d'un drapeau français dans les salles de classe.
 

Les députés ont complété son amendement dans le cadre de l'examen du projet de loi "sur l'école de la confiance.
. Il y aura non pas un, mais deux drapeaux, l'un français, l'autre européen, dans toutes les salles de classe du premier et second degré des établissements publics ou privés sous contrat. Il y aura aussi  les paroles du refrain de l'hymne national, la Marseillaise.
 

Une mesure saluée par le ministre de l'Education


Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, favorable à la disposition, a jugé "important" de continuer à "jouer le jeu de l'ouverture au débat parlementaire" en prenant ainsi en compte les propositions de l'opposition. Il a assuré que la mesure pourrait s'appliquer "de façon très simple", avec une affiche "à des coûts tout à fait assumables par le ministère". 
 

Une avancée importante pour Eric Ciotti


Le député des Alpes-Maritimes ne cache pas sa satisfaction.

 

 Mais les débats sur cet amendement examiné tardivement ont donné lieu à de vives protestations des élus de gauche, frustrés de ne pas avoir pu s'exprimer. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Évacuation des surveillants de prison à Luynes

Les + Lus

Les + Partagés