Le réalisateur niçois Jean-Pierre Mocky est décédé

Jean-Pierre Mocky, sur le tapis rouge du festival de Cannes en 2010. / © Anne-Christine POUJOULAT / AFP
Jean-Pierre Mocky, sur le tapis rouge du festival de Cannes en 2010. / © Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Jean-Pierre Mocky s’est éteint à l’âge de 90 ans. Né à Nice, il y avait tourné "La machine à découdre" dans les années 1980.

Par Michel Bernouin

"Jean-Pierre Mocky est mort chez lui cet après-midi à 15 heures", a indiqué son gendre Jerôme Pierrat à l'AFP. Le décès du cinéaste a été confirmé par son fils, le comédien et metteur en scène Stanislas Nordey.

Jean-Pierre Mocky était âgé de 90 ans. Né à Nice, dans le quartier du Mont Boron, il avait étudié au lycée du Parc Impérial, avant de tourner dans les studios de la Victorine, à Nice-Ouest.

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a rendu hommage à "ce roublard était aussi provocateur qu’attachant. Ce "gamin" de Nice [qui] laissera un vide immense dans le cœur des Niçois."
 

Premier à réagir à l'annonce du décès du réalisateur, Jack Lang, qui était son ami, a rendu un hommage appuyé au cinéaste "talentueux irrévérencieux et insurgé du quotidien". "Sa filmographie était à son image : caustique, anticonformiste, loin des clichés. Ses films n'épargnaient rien ni personne, et dénonçaient inlassablement les travers et les dérives de la société. En vieil et irréductible anarchiste, c'était un provocateur outrancier qui cachait une âme sensible et cultivée. Écorché vif et éruptif, il agaçait souvent, mais sa parole et ses mots avaient toujours la justesse et la vérité des révoltés", a ajouté l'ancien ministre de la Culture.

Réalisateur aussi inclassable que prolifique, avec près de 100 films à son actif, il avait très récemment animé une master class à la cinémathèque de Nice. Il présentait son film "La machine à découdre", sorti en 1986 et tourné à Nice.
 

En début d'année, France 2 avait diffusé dans Télé Matin un sujet sur Jean-Pierre Mocky réalisé dans sa ville natale. "J'ai commencé comme figurant, en 1943, dans "Les visiteurs du soir" aux studios de la Victorine. Et c'est comme ça que je suis devenu metteur en scène"
 
  
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Les + Lus