Toussaint: il ne reste qu'une dizaine de producteurs de chrysanthèmes autour de Nice

Dans quelques jours, vous irez peut-être fleurir une tombe, à l'occasion de la Toussaint. La fleur traditionnelle des cimetières est le chrysanthème. Des fleuristes sont déjà installés près des cimetières. Mais les producteurs locaux sont de moins en moins nombreux. 

On l'offre pour les mariages au Japon. Mais en France, c'est la fleur des cimetières. Le chrysanthème se décline en de nombreuse formes et couleurs. Dans les Alpes-Maritimes, les producteurs ne sont plus qu'une dizaine.

"C'est une culture de six mois, qui nous a pris beaucoup de temps et d'acharnement (...), On n'a pas d'horaires, on ne vit que pour la campagne"

explique Caroline Barelli, productrice de fleurs, horticultrice à La Gaude.  Les fleurs viennent essentiellement de l'étranger: Belgique, Hollande, Italie. les producteurs de chrysanthèmes ne sont plus qu'une dizaine dans les Alps-Maritimes. 

Même si 21 millions de pots sont déposés sur les tombes chaque année, le chrysanthème n'est pas réservée aux cimetières: certaines variétés, comme la pomponnette, à petites fleurs, sont aussi très prisées dans les jardins à l'automne.