Un service de livraison de repas à domicile en grève ce samedi à Nice

Publié le
Écrit par Gregory Bustori .

Les syndicats FO et la CGT ont appelé à la grève les livreurs de repas du service Just Eat. A Nice, ils doivent débrayer ce samedi 22 octobre, comme dans de nombreuses villes de France.

C'est une grève que les gourmets et amateurs de "l'économie de la flemme" - la lazy economy - vont certainement regretter. Pour se faire livrer leurs repas, ce samedi 22 octobre, les Niçois vont devoir se passer des services des livreurs de la marque Just Eat.

Ce mouvement de débrayage fait suite à l'appel de FO et de la CGT, ce jeudi 20 octobre, destiné à dénoncer le plan social en cours et les conditions de travail, et en amont des négociations qui doivent se tenir dès ce lundi 24 octobre.

La marque néerlandaise de la livraison de repas mène depuis l'été un plan social à l'issue duquel un peu moins de 400 salariés pourraient être licenciés en France. L'entreprise a assuré dans un communiqué transmis à l'Agence France-Presse que "Just Eat était très prudent quant à l'impact de ce plan social sur (ses) salariés" et affirme qu'elle "souhaite fournir un soutien individuel" à chacun.

Se débarrasser de ses salariés ?

Début 2021, Just Eat avait annoncé vouloir recruter 4500 coursiers dans le pays de la gastronomie pour alimenter son réseau de distribution. 

Les syndicats dénoncent la volonté de la direction de vouloir "se débarrasser des livreurs salariés pour poursuivre l'activité avec des livreurs auto-entrepreneurs, probablement salariés déguisés, contractualisés avec Stuart", une plateforme de coursiers française.

Des conditions de travail difficiles

Qu'il pleut, qu'il vente ou qu'il neige, les livreurs à vélo qui évoluent avec leur imposant sac à dos se retrouvent sur les routes pour livrer, déjeuners et dîners aux clients qui ne souhaitent pas bouger de leur bureau ou domicile pour s'alimenter. 

"Les conditions de travail ne cessent de se dégrader: plutôt que d'investir, la direction préfère saborder le navire (...), alors que plus de 300 salariés sont menacés, 300 salariés d'un groupe dont la trésorerie se compte en centaines de millions d'euros", selon les syndicats.

Plus de CDI pour la province ?

La recette du succès de Just Eat, portait par l'expansion des services à domicile lors de la pandémie de Covid-19, reposait encore il y a peu sur un socle de livreurs salariés. Les syndicats sont aussi écoeurés par le menu affiché par la direction : à terme, le groupe prévoit d'arrêter d'exercer avec ses propres troupes dans 26 villes de province. Seule la région parisienne conserverait des livreurs en CDI.

Les syndicats dénoncent pressions et licenciements abusifs avant les négociations de ce 24 octobre et l'annonce de son plan social qui laisse un goût amer aux livreurs.

De son côté, la direction de l'entreprise a fait savoir à l'AFP qu'elle menait "actuellement des négociations avec les représentants du personnel" et qu'elle ne pouvait "commenter aucun détail par respect et confidentialité pour le processus du plan de sauvegarde de l'emploi".

Ce samedi, des rassemblements doivent notamment avoir lieu à Paris, Lyon, Toulouse, Tours, Strasbourg, Clermont-Ferrand, Roubaix et à Nice.

-Avec AFP

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité