Une Niçoise succède à une Niçoise à la tête du ministère de l’enseignement supérieur

Publié le Mis à jour le

Originaire de Nice, physicienne spécialiste de nanoélectronique, Sylvie Retailleau est la nouvelle ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche dans le gouvernement d’Elisabeth Borne.

Sylvie Retailleau, 57 ans, succède à Frédérique Vidal à la tête du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche dans le gouvernement formé par Elisabeth Borne.

Originaire de Nice comme sa prédécesseure, qui est restée en poste pendant la totalité du premier quinquennat d'Emmanuel Macron, Sylvie Retailleau est aussi une universitaire. Agrégée de physique appliquée en 1988, elle a obtenu son doctorat en sciences à l'Université Paris-Sud en 1992.

Sylvie Retailleau a aussi une carrière administrative. Présidente de l'Université Paris-Sud de mai 2016 à décembre 2018, puis élue présidente de l'Université Paris-Saclay le 2 mars 2020.

A la tête de Paris-Sud, elle a réuni quatre grandes écoles et sept organismes de recherche dans une grande université à statut expérimental, classée en 2021 au 13e rang du classement de Shanghaï.

"Forte continuité" ?

Une stratégie qui n’est pas sans rappeler celle de Frédérique Vidal lorsqu’elle présidait l’université de Nice Sophia-Antipolis, devenue en 2019 Université Côte d’Azur en intégrant huit écoles universitaires de recherche (EUR), trois facultés, trois instituts et deux écoles.

Selon le syndicat étudiant UNEF, le bilan de la nouvelle ministre en tant que présidente de l'université Paris-Saclay "démontre une forte continuité avec les réformes de sa prédécesseure".

Sylvie Retailleau doit participer à son premier conseil des ministres ce lundi 23 mai à l’Elysée.