Pic de pollution à l'ozone ce vendredi et samedi dans les Alpes-Maritimes et le Var

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anne Le Hars
Transport routier, agriculture, industrie manufacturière sont à l'origine des principaux polluants à l'origine de l'ozone.
Transport routier, agriculture, industrie manufacturière sont à l'origine des principaux polluants à l'origine de l'ozone. © Maxppp

Grand soleil et pas de vent et toujours beaucoup de trafic automobile, le cocktail classique pour provoquer une augmentation du taux d'ozone dans l'air. Un pic de pollution est annoncé ce vendredi et demain samedi par Air PACA dans les Alpes-maritimes et le Var.

D'après Air PACA, l'organisme de surveillance de la qualité de l'air de la région, le taux d'ozone dans l'air devrait dépasser 180 microgrammes par mètre cube.
  • Prévisions pour Nice.
  • Prévisions pour Antibes
  • Indices ville par ville - pour en savoir plus, il est nécessaire de cliquer sur la vignette :
Indice Atmo : vue d'ensemble
Les bonnes pratiques à adopter : 
durée de la vidéo: 00 min 39
Benjamin Rocher - Ingénieur Air PACA
Au niveau sanitaire :
• privilégier les activités calmes, adapter les activités physiques sportives,
• adapter ou éviter les activités sportives intenses, notamment pour les personnes sensibles,
• suivre strictement les traitements médicaux et en cas de fortes gênes respiratoires ou de troubles cardiaques,ne pas hésiter à contacter un médecin,
• limiter l’exposition aux produits irritants (tabac, solvants, peintures,…),
• ne pas se confiner et ne pas modifier les habitudes d’aération et de ventilation.

Au niveau comportemental :
• limiter, pour les déplacements privés et professionnels, l’usage des véhicules automobiles par recours au covoiturage et transports en commun,
• privilégier pour les trajets courts, les modes de déplacement non polluants (marche à pied, vélo),
• différer, si possible, les déplacements pouvant l’être,
• arrêter, en période de chauffe, l’utilisation des appareils de combustion de biomasse non performants (foyers ouverts, poêles acquis avant 2002),
• maîtriser la température dans les bâtiments (chauffage ou climatisation),
• respecter l’interdiction des brûlages à l’air libre et l’encadrement des dérogations,
• reporter les travaux d’entretien ou nettoyage nécessitant l’utilisation de solvants, peintures, vernis,
• reporter les émissions industrielles d’oxydes d’azote, de particules et de composés organiques volatils,
• reporter les épandages agricoles de fertilisants ainsi que les travaux de sol.

Vidéo pédagogique sur l’air (4 minutes). Comprendre l'air et comment le préserver :

Les principaux polluants dans l'air

Particules, ozone, dioxyde d'azote, métaux lourds... La pollution atmosphérique provient notamment de l'industrie, du chauffage et des transports, principalement via la combustion des énergies fossiles.

- LES PARTICULES:
Matières microscopiques en suspension dans l'air, ce sont elles qui, en ville, noircissent les façades des immeubles. On distingue les PM10 (diamètre inférieur à 10 microns) qui proviennent surtout des processus mécaniques comme les activités de construction, et les particules
fines (PM 2,5, diamètre inférieur à 2,5 microns), issues des effluents de combustion du bois ou des carburants (essentiellement le diesel) ainsi que des vapeurs industrielles.
Elles sont considérées comme le "polluant atmosphérique le plus nocif pour la santé humaine en Europe", par l'Agence européenne de l'environnement (AEE): 90% des urbains y sont exposés au-delà des seuils recommandés par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).
Les particules les plus petites, qui génèrent le plus d'inquiétudes sur le plan sanitaire, pénètrent dans les ramifications profondes des voies respiratoires,
mais aussi le sang. Outre le cancer, une exposition peut entraîner de l'asthme, des allergies, des maladies respiratoires ou cardio-vasculaires.

- LES OXYDES D'AZOTE (NOx):
Le monoxyde d'azote (NO) mais surtout le dioxyde d'azote (NO2), principalement formé lors des processus de combustion, notamment dans les moteurs de voiture ou les centrales électriques.
Le dioxyde d'azote est le plus nocif des deux pour la santé humaine. Lié au transport routier, il touche surtout les villes. C'est un "gaz irritant qui engendre une hyperactivité bronchique", selon le ministère de l'Ecologie. Il augmente la fréquence et l'intensité des crises d'asthme et peut favoriser des affections pulmonaires chez l'enfant.
En 2012, le secteur des transports représentait 59% des émissions de NO2, selon le ministère de l'Ecologie.

- L'OZONE (O3):
Cet autre polluant majeur est issu de réactions chimiques, sous l'effet du soleil, impliquant plusieurs polluants émis dans l'air, comme les oxydes d'azote et les composés organiques volatils (hydrocarbures, solvants...).
"L'ozone est un gaz puissant et agressif" qui, à des taux élevés, "corrode les matériaux, les bâtiments et les tissus vivants", écrit l'AEE.
Il réduit notamment la capacité des végétaux à assurer la photosynthèse et, dans le corps, entraîne une "inflammation des poumons et des bronches".
Transport routier, agriculture, industrie manufacturière sont à l'origine des principaux polluants à l'origine de l'ozone.

- AUTRES:
Le dioxyde de soufre (industrie) est à l'origine de nombreuses pathologies respiratoires.

Le benzène est issu de la combustion du bois de chauffage et du transport. Ou encore l'ammoniac (NH3), aux émissions dues à 97% à l'agriculture.
L'industrie émet également des métaux lourds - plomb, cadmium, nickel, arsenic, mercure - qui s'accumulent dans l'organisme. (Avec AFP)

Les prévisions pour les Alpes-Maritimes :

Alpes Maritimes

Les prévisions pour le Var :

Var

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.