Cet article date de plus de 5 ans

Aix-en-Provence : l'avocat Karim Achoui interdit de plaider, confirme la cour d'appel

La cour d'appel d'Aix-en-Provence a confirmé l'interdiction faite à l'avocat franco-algérien Karim Achoui, radié du barreau de Paris, de plaider dans une affaire de détention et trafic de stupéfiant instruite à Toulon (Var), a-t-on appris mardi auprès de la cour d'appel.
Karim Achoui photographié le 2 février dernier à Melun.
Karim Achoui photographié le 2 février dernier à Melun. © LIONEL BONAVENTURE / AFP
Dans un arrêt du 2 février, la cour d'appel a confirmé une ordonnance d'un juge d'instruction de Toulon qui avait interdit à M. Achoui de défendre une femme soupçonnée d'importation et de détention de stupéfiants. 

M. Achoui s'est pourvu en cassation, a-t-on précisé de source judiciaire.

Connu pour avoir défendu des figures du grand banditisme, Karim Achoui, radié du barreau de Paris en 2010 en raison de "nombreux manquements déontologiques", avait prêté serment à Alger début 2015.

Fin janvier 2016, il a été autorisé par le tribunal correctionnel de Paris à défendre le chanteur Jean-Luc Lahaye opposé à la chanteuse Julie Pietri dans une affaire
d'injures et de diffamation.

Les accords d'Evian de 1962 qui ont mis fin à la guerre d'Algérie permettent à des avocats inscrits en Algérie de plaider de manière "ponctuelle" en France, avait jugé le tribunal correctionnel de Paris. 

Deux mois plus tôt, en novembre 2015, le juge d'instruction de Toulon avait pris une décision inverse, refusant la constitution de M. Achoui comme avocat en raison notamment de sa radiation.

"Un avocat inscrit au barreau français ne peut plus représenter les parties devant les juridictions françaises après sa radiation", a confirmé, dans son arrêt, la cour d'appel d'Aix-en-Provence, cité par le quotidien juridique Dalloz qui a révélé l'information.

La cour d'appel se réfère en outre aux accords d'Evian qui stipulent que "les avocats inscrits à un barreau algérien sont soumis aux mêmes conditions que les avocats inscrits à un barreau français", c'est-à-dire qu'ils ne peuvent pas plaider s'ils ont été radiés.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société