Meurtre de Yann Fuentes à Septèmes-les-Vallons : l'accusé nie les faits

Publié le Mis à jour le
Écrit par AV avec AFP
© Maxppp

Accusé du meurtre de Yann Fuentes, commis en 2014 à Septèmes-les-Vallons, Mohamed Belhacène a nié toute implication dans cet homicide
mardi à l'ouverture de son procès devant les assises des Bouches-du-Rhône.

Le procès du meurtrier présumé de Yann Fuentes s'est ouvert ce mardi, presqu'un an jour our jour après la découverte de son cadavre dans une voiture, le 1er mai 2014, avec deux balles de petit calibre dans la tête. Son meurtre aurait été commis selon l'accusation sur fond de trafic de drogues et de vengeance personnelle.

"Ma position ce sera toujours la même: c'était un très bon ami à moi",


devant la cour d'assises,Mohamed Belhacène, qui comparaît détenu jusqu'à vendredi nie toute implication comme il l'avait fait devant les enquêteurs. "Je n'ai strictement rien à voir avec sa mort".

Pour l'accusation, le meurtre aurait été commis sur fond de trafic de drogues et de vengeance personnelle. Selon plusieurs témoignages, Yann Fuentes et Mohamed Balhacène avaient passé la nuit précédant la découverte du corps ensemble et avec d'autres proches, à discuter au pied d'une cité ou calé sur les sièges d'une voiture -- celle de la mère de la victime, dans laquelle on retrouvera le cadavre de Yann.

Condamné pour vol aggravé ou conduite sans permis


Mohamed Belhacène présentait Yann, récemment sorti de prison et mis en cause dans des affaires de stupéfiants, comme son meilleur ami. "Momo" avait assisté après l'homicide à son enterrement -- bien qu'il se targuait, selon certains témoins, d'être l'auteur du meurtre, des "confidences" qu'il a fermement niées par la suite devant les enquêteurs.

Lui aussi condamné à plusieurs reprises, notamment pour vol aggravé ou conduite sans permis, Mohamed Belhacène a également été mis en examen, six mois après le meurtre de Yann Fuentes, dans une autre affaire de règlement de comptes, survenue en janvier 2014. Selon certains témoins, Yann Fuentes aurait lui aussi été impliqué dans cet homicide.

Séquestré après la disparition de 10 kg de drogue


Outre leur relation amicale, les deux hommes partageaient un antécédent plus conflictuel, selon des témoignages recueillis par les enquêteurs: en 2009, Mohamed Belhacène avait été sérieusement "mis à l'amende" et séquestré, après la disparition de 10 kg de résine de cannabis, dont Yann et son oncle l'avaient accusé auprès du réseau pour lequel ils travaillaient.

Jusqu'à vendredi, la cour d'assises va tenté de déterminer si Yann a été tué à cause de cette ancienne affaire, ou dans le but d'éliminer un concurrent dans une guerre que se livrent les réseaux de trafic de drogues. Quelques semaines après l'assassinat de Yann, Mohamed Belhacène avait à son tour été victime d'une tentative d'assassinat et a été touché par deux tirs en pleine rue.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.