Saint-Cannat : ça chauffe chez les conducteurs d'autocars d'une société privée

Les girouettes sont utilisées sur tous les bus en Europe pour informer les usagers, seul contact entre le conducteur et ses passagers depuis l'extérieur.
Les girouettes sont utilisées sur tous les bus en Europe pour informer les usagers, seul contact entre le conducteur et ses passagers depuis l'extérieur.

Les chauffeurs d'une société privée d'autocars se plaignent d'être devenus des "hommes sandwiches" depuis que les girouettes de leur bus affichent le message "Louez-moi". Les conducteurs se disent victimes de quolibets et d'insultes de la part des passants et des autres automobilistes.  

Par Laure Bolmont

"C'est bien plus qu'une revendication syndicale, c'est une alerte : il est urgent de dissiper le malaise chez les conducteurs et surtout chez les conductrices de la société. Nombre d'entre elles reviennent en larmes de leur service!", s'indigne Djamel Eddam. Le délégué du personnel de la société d'autocars Les Rubans Bleus-Pastouret ne décolère pas.

Selon lui, la direction contraint les chauffeurs de bus à faire défiler le message "Louez-moi" au dessus de leur tête. Les girouettes sont des panneaux d'information lumineux situés à l'avant du bus, destinés à renseigner les usagers (destination, numéro de ligne, bus en service... ), et le dirigeant de la société a en effet décidé de les utiliser à des fins publicitaires, pour proposer son service de location d'autobus.

"Nous sommes près de 140 chauffeurs dans cette société, dont une dizaine de femmes, qui se retrouvent victimes d'insultes sexistes, interpellées aux arrêts ou aux feux sur le mode "combien tu prends chérie?", ou "c'est combien la pipe"?Nous ne sommes pas des hommes et des femmes sandwiches, prêts à nous prostituer pour notre patron", repète Djamel Eddam, qui trouve cette pratique dégradante et humiliante pour les personnels. Il affirme que les messages sont préparés par le service d'exploitation, et qu'ils n'ont pas le choix d'en faire défiler d'autres depuis leur petit boîtier de commande. "C'est déjà un métier difficile pour les femmes qui font souvent l'objet de remarques désobligeantes et sexistes, pas besoin d'en rajouter," conclut le délégué du personnel, qui demande au dirigeant de l'entreprise de ne rien imposer de tel à ses chauffeurs. 

Message à caractère publicitaire

Du côté de la direction, on ne voit pas où est le problème. Le pdg de la société, Guy Villeton, se défend : "Evidemment que dans l'esprit de tout un chacun il n'y a aucun amalgame possible entre le bus et la personne qui le conduit ! Si vous mettez un panneau "maison à vendre" devant une maison, on comprend bien que ce ne sont pas ses occupants qui sont à vendre!". Le patron affirme qu'il n'y voit rien de sexiste ni de dégradant, et assure qu'aucune sanction ne sera prise à l'encontre des chauffeurs récalcitrants. 


La voix du chauffeur

Ce système d'affichage est primordial dans le transport urbain, car les girouettes sont le seul moyen de contact entre un bus et les usagers. Les chauffeurs des Rubans Bleus-Pastouret demandent à ce qu'il retrouve sa juste place : celle d'un simple outil de communication visuel, qui permet aux conducteurs de donner aux passagers des informations pratiques.

Sur le même sujet

Le Var et les Alpes-Maritimes en vigilance orange (06 et 83)

Près de chez vous

Les + Lus