• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Saintes-Maries-de-la-Mer : une cabane de gardians détruite

© Francis di Cesare / France 3 Provence-Alpes
© Francis di Cesare / France 3 Provence-Alpes

Le 1er avril prochain, une famille des Saintes-Maries-de-la-Mer sera expulsée de sa maison traditionnelle camarguaise. C'est l'aboutissement de 14 ans de procédure judiciaire. La mairie veut détruire cette cabane de gardians et créer un espace culturel. Le projet divise les Camarguais. 

Par Nathalie Deumier

La maison traditionnelle a été construite en 1951 sur un terrain communal. Elle appartenait jusque-là à un privé. Au terme d'une longue procédure judiciaire, la mairie des Saintes-Marie-de-la-Mer a décidé d'expulser les locataires et de détruire la maison. Une décision incompréhensible pour la famille César, qui vit ici depuis des années.

"Il ne se passe pas une journée sans que les gens nous demandent s'ils peuvent la prendre en photo ou la visiter. Pour voir comment est conçue l'intérieur d'une cabane de gardians", raconte Sylvette César, locataire. 

"Je trouve que ça serait l'idéal de faire un projet culturel à cet endroit. Je ne suis pas obstinée à rester dans les murs. Je suis d'accord pour habiter ailleurs. Ce que l'on veut, c'est que la maison ne soit pas détruite." 
 
Destruction d'une cabane de gardians
Intervenants du reportage : Sylvette César, locataire de la cabane / Gilles Ayme, conseiller municipal d'opposition des Saintes Maries-de-la-Mer / Roland Chassain, Maire des Saintes Maries-de-la-Mer (LR) Un reportage de Philippe Fabrègues, Francis di Cesare, Sophie Didelot

Une association de défense de la cabane a été créée, 5500 personnes ont signé sa pétition. Pour l'opposition municipale, si le maire détruit, il faut qu'il reconstruise. "C'est écrit dans le POS et le PLU", affirme Gilles Ayme, conseiller municipal d'opposition des Saintes-Maries-de-la-Mer.

Le maire, Roland Chassain, rappelle que "la locataire a été déclarée sans loi ni titre par la justice."

Des travaux d'aménagement touristique et culturel sont prévus. La cabane sera détruite le 1er avril.
 

Sur le même sujet

Bouches-du-Rhône : des militants écologistes décrochent un portrait de Macron dans la mairie de Beaurecueil

Les + Lus

Les + Partagés