• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Aux Baux-de-Provence, des modèles posent en cage pour l'adoption de chiens

Photographie d'un mannequin en cage pour sensibiliser à l'adoption dans le refuge des Baux-de-Provence, photographe Loïc Auzias. / © Loïc Auzias
Photographie d'un mannequin en cage pour sensibiliser à l'adoption dans le refuge des Baux-de-Provence, photographe Loïc Auzias. / © Loïc Auzias

Le photographe Loïc Auzias a fait poser des mannequins professionnels aux côtés de chiens à adopter au refuge des Baux-de-Provence dans les Bouches-du-Rhône. La campagne se veut choc, les modèles et les chiens ont pris la pose… à l’intérieur de leurs cages !

Par GB

C'est beau et percutant à la fois. Et c'est bien le but recherché par Loïc Auzias. Le fruit de deux ans de travail, pour ce photographe de mode, sensible à la cause animale.

C'est en venant au refuge des Baux de Provence pour adopter, qu'il en a eu l'idée. Emballé par le projet, le responsable du refuge, lui a ouvert ses portes.  

Loïc Auzias a fait appel à des mannequins et comédiens professionnels pour réaliser une trentaine de portraits, en cage, comme celle de "Charlotte" avec un Rottweiler. "On passait dans les allées et il y avait ce chien qui passait ses journées accroché au grillage". 

"J'ai dit à Charlotte : "Rentres dans la cage et mets-toi dans la même position , on verra si le chien vient". Elle est rentrée, le chien lui a fait la fête et Charlotte s'est mis en position et le chien avec elle, incroyable". 

Chaque photo est légendée, d'une phrase illustrant le lien entre l'homme et l'animal. "C'est vrai, tu m'as compris? Je vais sortir d'ici?", "J'aimerais enfin sortir de là tu sais", ou encore "C'est vrai? Toi tu m'aimes?".

Chaque cliché est accompagné d'un descriptif du chien à adopter. Car la finalité est bien là, faire adopter les animaux du refuge des Baux-de-Provence.
Le travail du photographe Loïc Auzias pour sensibiliser à l'adoption, au refuge Spa des Baux-de-Provence (Bouches-du-Rhône). / © Loïc Auzias
Le travail du photographe Loïc Auzias pour sensibiliser à l'adoption, au refuge Spa des Baux-de-Provence (Bouches-du-Rhône). / © Loïc Auzias

Donner une autre image à l'adoption

"Le but est de donner une autre image, d'interpeller le public avec une campagne plus esthétique, de donner une image différente de ces animaux derrière les barreaux, sans oublier qu'ils ont besoin d'être adoptés", explique Daniel Meyssonnier, responsable de la Spa des Baux.

Ce travail n'a pas était simple à réaliser. Dans les coulisses de la série de clichés, plusieurs jours de travail, des heures de patience pour capter la pose des modèles canins.

"Ce n'était pas très simple de leur faire prendre les bonnes positions, obtenir la bonne photo, tous nos chiens ne sont pas toujours des plus calmes", s'amuse Daniel Meyssonnier.

"Mais cela fait partie des opérations "gagnant-gagnant". C'est intéressant pour l'artiste et ça l'est aussi pour le refuge".
Un modèle pose en cage avec un chien à adopter. Travail du photographe Loïc Auzias pour sensibiliser à la cause animale, au refuge Spa des Baux-de-Provence. / © Loïc Auzias
Un modèle pose en cage avec un chien à adopter. Travail du photographe Loïc Auzias pour sensibiliser à la cause animale, au refuge Spa des Baux-de-Provence. / © Loïc Auzias
Le travail du photographe Loïc Auzias pour sensibiliser à l'adoption, au refuge Spa des Baux-de-Provence (Bouches-du-Rhône). / © LoÏc Auzias
Le travail du photographe Loïc Auzias pour sensibiliser à l'adoption, au refuge Spa des Baux-de-Provence (Bouches-du-Rhône). / © LoÏc Auzias

Chiens, chats, béliers, canards ou cochons

Plus de 150 chiens et une centaine de chats sont à adopter au refuge Spa des Baux-de-Provence. Mais pas seulement : "On a aussi quatre moutons, deux béliers, deux chèvres, cinq cochons, des canards, poules", autant d'animaux qui ont fait l'objet de saisies.

"On a de plus en plus d'animaux récupérés à la suite d'enquête de maltraitance, ou après le signalement de particuliers qui s'improvisent éleveurs et n'arrivent plus à soigner leurs animaux".  

Et cela à aussi un coût "de plus en plus lourd à assumer chaque mois". Le budget de fonctionnement du refuge Spa des Baux-de-Provence est de 300.000 euros par an, "dont seulement 10% sont assurés par les collectivités. Le reste doit provenir de nos adhérents et des dons".

"Il n'y a pas de Spa nationale, comme le public pourrait croire. Il y a à Paris, la fameuse Spa et sa soixantaine de refuges affiliés. Et puis, à côté, quelque 200 refuges indépendants, comme le nôtre", explique encore Daniel Meyssonnier.

Léon le cochon, 200 kg de tendresse à adopter

"C'est pour ça qu'un travail comme celui de Loïc Auzias est important, car il peut aussi nous aider à soigner tous ses animaux. Car parfois les dossiers d'adoption ne sont pas toujours des plus simples. 

Comme celui de "Léon le cochon". Pour des raisons de santé, sa propriétaire a décidé de le confier au refuge des Baux-de-Provence. La photo est certes moins esthétique, mais le message reste le même. 
Élevé comme un animal domestique, ce "bébé" de 200 kg, en pèsera 300 à l'âge adulte. Et avant d'adopter, il faut penser "qu'il peut vivre jusqu'à 35 ans et qu'il mange des fruits et des légumes en quantité", comprenez, quelques dizaines de kilos par jour. 

Succès toutefois garantie lors de vos promenades... 

A lire aussi

Sur le même sujet

Nice: temps forts de l'Half Iron Man

Les + Lus