• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

En 2015, les rejets de boues rouges même liquides en mer devraient être interdits

© AFP
© AFP

La ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, Delphine Batho, a exprimé sa volonté de faire interdire les rejets de boues rouges solides et liquides, en mer, à partir de 2015.

Par Christophe Monteil

Déclaration déposée sur le site de José Bové
"Suite à l’interpellation de José Bové et Michèle RIVASI, eurodéputés Verts/ALE, concernant les rejets de boues rouges issues de l’usine d’alumine de Gardanne (Bouches-du-Rhône) en mer Méditerranée la Ministre de l’Ecologie reconnait clairement la gravité du sujet, dans un courrier en date du 29 mars 2013 et constate avec nous l’impact considérable et irréversible de cette pollution aux métaux lourds, sur le vivant et sur notre environnement.

Delphine Batho précise qu’elle n’est pas « favorable » à la poursuite des rejets solides et même liquides en mer après 2015. La Ministre va donc plus loin que la Convention de Barcelone en interdisant à l’industriel, tout rejet, même liquide.

Pour José Bové et Michèle Rivasi, cette déclaration est une victoire incontestable des opposants au rejet de boues rouges en mer et de ceux qui veulent préserver une Méditerranée vivante. L’option de 2015 est encore trop tardive et nous demandons l’arrêt des rejets au plus tôt."


Le pipeline de port Miou

Dans les années 60, l'usine d'aluminerie de Pechiney, à  Gardanne (usine crée en 1893) commence à envoyer ses déchets les plus difficile à traiter dans la fosse de Cassidaigne. Ces déchets en ont fait une des plus grande décharge industrielle d'Europe.

Cette usine, qui appartient maintenant à la société Altéo (et dont le proprétaire du site est HIG, un fond de pension américain)  produit de l'alumine. pour cette production elle utilise de la bauxite, qui crée des déchets, les "boues rouges".

Depuis le milieu des années 60, 80% des boues rouges sont rejetées en mer, dans cette fosse de Cassidaigne, par un pipeline de plusieurs dizaines de kilomètres, dont 7 km de pipeline sous-marin, qui déverse ses boues à 320m de profondeur. L'usine rejette des dizaines de milliers de tonnes par an, ce qui en ferait le premier pollueur maritime de France.

En 2015, ces rejets seront interdits


Afficher La pollution dans les calanques sur une carte plus grande

Quand les boues rouges tentent de se mettre au vert: un article de la Marseillaise sur la tentative de revalorisation des déchets de boues rouges



La pétition déposée sur le web, Sanctuarisons la Méditerranée : Stop aux rejets de boues rouges.
Cette pétition a été signée, entre autre, par Nicolas Hulot, Greenpeace, José Bové, Rassemblement pour la Planète, Réseau Environnement Santé, Robin des Bois, Sea Shepherd, WWF, ATTAC, ...

A lire aussi

Sur le même sujet

Extrait Envoyé Spécial Marseille une ville effondrée

Les + Lus