Fos-sur-Mer : pas de dioxine dans les aliments selon la préfecture

Lundi soir, la publication d'une enquête de l'Association de défense et de protection du littoral du golfe de Fos avait crée la polémique. / © France 3
Lundi soir, la publication d'une enquête de l'Association de défense et de protection du littoral du golfe de Fos avait crée la polémique. / © France 3

Selon la préfecture Bouches-du-Rhône il n'y a pas de dioxine au-dessus des seuils réglementaires dans les aliments. Une annonce qui intervient deux jours après la publication d'une étude qui a fait polémique.

Par GG avec AFP

Aucune des analyses des services de l'État mesurant la présence de polluants dans les aliments produits dans les Bouches-du-Rhône n'a conclu à un dépassement des seuils réglementaires, a affirmé mercredi la préfecture, deux jours après la publication d'une étude dénonçant la présence de polluants. Sur les 440 prélèvements effectués (viande bovine, porcine, crustacés, oeufs, poissons...) entre 2009 et 2017 dans les Bouches-du-Rhône, aucun contaminant environnemental n'a franchi le seuil réglementaire, a relevé
la Direction départementale de la protection des populations, lors d'une conférence de presse.
Lundi, l'Association de défense et de protection du littoral du golfe de Fos (ADPLGF) avait révélé les résultats d'une étude montrant qu'un quart des échantillons de viande bovine qu'elle avait testés dépassait le seuil réglementaire en dioxines, des polluants organiques très toxiques, contre 0,3% des échantillons de viande au niveau du contrôle national. Des analyses sur des oeufs de poules élevées en plein air au pied des Alpilles avaient également montré un dépassement du seuil réglementaire dans la moitié des échantillons testés (contre 2% au niveau national).
Selon la préfecture, ces prélèvements ont été réalisés en 2009 et n'ont été portés à la connaissance des services de l'État qu'en 2016. L'un des laboratoires qui a fait ces analyses n'avait pas d'agrément et le nombre total de prélèvements effectués est inconnu, affirme la préfecture. "Il y a incontestablement des phénomènes de pollution de l'air dans ce secteur du département depuis longtemps, mais les choses se sont améliorées" et il "serait inexact de dire que rien n'a été fait", a souligné le préfet Pierre Dartout, répondant à une mise en cause de l'ADPLGF.
Les habitants du Golfe de Fos sont particulièrement exposés à la pollution généré par les activités industrielles - raffinage du pétrole et pétrochimie- du pourtour de l'Étang de Berre, l'une des plus importantes zones industrielles d'Europe. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Incendies dans le Var : que deviennent les bois morts

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés