Affaire Samia Ghali : des perquisitions à la métropole Aix-Marseille et à la région Paca

Samia Ghali hier devant son domicile, quartier du Roucas Blanc à Marseille. / © PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP
Samia Ghali hier devant son domicile, quartier du Roucas Blanc à Marseille. / © PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP

Après la perquisition au domicile de Samia Ghali hier à Marseille, les enquêteurs se sont intéressés aujourd'hui au service urbanisme de la Métropole Aix-Marseille et aux dossiers associatifs de la région Paca, ont annoncé nos confrères de Marsactu.

Par Karine Bellifa

Le parquet national financier poursuit son enquête sur la sénatrice socialiste Samia Ghali. Après la perquisition à son domicile hier quartier du Roucas Blanc à Marseille, les enquêteurs se sont rendus aujourd'hui à la région et à la métropole pour réaliser de nouvelles perquisitions, annoncent nos confrères de Marsactu.

Des subventions accordées à la famille de Samia Ghali

Ils auraient notamment fouillé le service urbanisme de la métropole Aix-Marseille qui est situé dans le batiment World Trade Center et seraient repartis avec des documents qui concernent la villa de Samia Ghali. L'élue a été vice-présidente de la communauté urbaine Marseille-Provence.


Ils sont également allés visiter le siège du conseil régional Paca pour consulter les dossiers relatifs aux associations. Ils rechercheraient des élements sur des subventions accordées à des membres de la famille de Samia Ghali, lorsque celle-ci était vice-présidente de la région. 

Des documents datant de la précédente mandature ont été saisis


a précisé une source à l'AFP. 

Une villa à 1,35 million d'euros

Les vérifications de la justice portent notamment sur l'acquisition par Samia Ghali et son conjoint, le 12 mars 2010, de leur maison, pour un montant de 1,35 million d'euros. La demeure comporte notamment une piscine, construite de façon illicite par l'ancien propriétaire, mais régularisée ensuite par le couple, après que le Plan local d'urbanisme a été modifié.

"Un circuit pour distribuer de l'argent"

Les enquêteurs passent par ailleurs au peigne fin des subventions accordées par la région, à l'époque où la sénatrice y avait des responsabilités. Lors de l'enquête sur les malversations de l'ex-députée PS Sylvie Andrieux, condamnée pour avoir distribué des subventions à des associations fictives en échange de voix dans les quartiers nord de Marseille, l'un de ses proches avait évoqué en garde à vue le nom de Mme Ghali, affirmant qu'elle aurait eu "son propre circuit" pour distribuer de l'argent. La justice n'avait pas donné suite à ces déclarations.

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Un moulin varois en ruine restauré à Besse-sur-Issole

Près de chez vous

Les + Lus