Aquarius : une escale technique forcée à Marseille prévue ce vendredi

Ce matin lors d'une conférence de presse, les membres de l'Aquarius nous ont informé de leur obligation de faire une escale technique. Actuellement au large des côtes libyennes le navire s'est vu refuser par Malte le droit de faire cette escale technique. Ils sont donc forcés de venir à Marseille.
L'aquarius  d' SOS Méditerranée doit faire une escale technique ce vendredi à Marseille
L'aquarius d' SOS Méditerranée doit faire une escale technique ce vendredi à Marseille © Laurent Esnault / France 3 Provence-Alpes
L'Aquarius, le navire d'SOS Méditerranée doit faire une escale technique. Initialement prévue à Malte, elle se fera à Marseille en raison du refus hier soir de Malte d'autoriser l'Aquarius d'amarer dans leurs ports. 

 

Escale technique 


Aucune avarie a signaler, il s'agit juste d'une escale technique pour l'entretien habituel du bateau. 
Actuellement au large des côtes libyennes, il aurait été plus simple pour les équipes de SOS Méditerranée de s'arrêter à Malte, plutôt qu'à Marseille.
En tout cette escale va leur faire perdre 5 jours de navigation, plus 2 à 4 jours d'arrêt technique, ce qui est dommageable à leur action quotidienne en mer pour la sauvegarde des migrants.
Les membres de l'Aquarius ont tenu a clarifier " le bateau vient à Marseille pour une escale technique et non politique. Il n'y aura pas de migrants à bord" ont ils martelé lors de la conférence de presse organisée ce matin à Marseille.
Le bateau devrait arriver ce vendredi à Marseille et rester entre 2 à 4 jours pour une escale technique.
 

L'action de SOS Méditerranée


Depuis 4 ans, au moins 15 000 hommes, femmes et enfants sont morts noyés en Méditerranée en tentant la traversée sur des embarcations de fortune. SOS MEDITERRANEE est une association de citoyens qui affrète un navire, l'Aquarius, pour porter secours à ceux qui fuient pour sauver leur vie. En deux ans, près de 30 000 personnes ont été secourues dont 23% sont des mineurs.

Chaque jour en mer coûte 11 000 euros : 93 % du budget provient de dons privés.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réfugiés société méditerranée mer