Attaque à Marseille : 60 policiers en renfort à la gare Saint Charles

Le préfet de police Olivier de Mazières a détaillé le dispositif de sécurisation de la voie publique à Marseille et annoncé le déploiement de 60 militaires en plus à la gare Saint-Charles au lendemain de l'attaque au couteau qui a coûté la vie à deux jeunes filles. 

© Maxppp/ ROSSI David
Le préfet de police des Bouches-du-Rhône Olivier de Mazières a tenu une conférence de presse ce lundi après-midi pour rappeler le dispositif de sécurisation de la voie publique déployé à Marseille et annoncé des renforts au lendemain de l'attaque meurtrière de la gare marseillaise.

Le dispositif est renforcé sur la gare Sain-Charles par le Direction Départementale de la Sécurité Publique (DDSP) et des renforts d'Unités Forces Mobiles (UFM) avec 60 en permanence de 6h du matin à minuit. 
 

Olivier de Mazières en conférence de presse
Olivier de Mazières en conférence de presse © Préfecture de police 13


160 policers déployés après l'attaque


Le préfet a par ailleur souligné qu'hier, la coopération entre les différents services d'ordre avait permis de neutraliser l'agresseur en quelques minutes et de sécuriser le site : "l'assaillant a été neutralisé par un militaire de la force Sentinelle quelques instants après l'attaque, puis 3 policiers du service de sécurisation des transports en commun qui quittaient leur service ont immédiatement figé la situation avant l'arrivée de renforts sans délais pour mettre en place un périmètre de sécurité. et lever le doute sur la présence éventuelle d'autres terroristes".

Moins de 30 minutes après avoir été alertés ds faits 160 policiers étaient déjà déployés par la DDSP pour canaliser la circulation, sécuriser la gare et permettre notamment l'intervention des démineurs.

a encore précisé le préfet de police. 

700 individus suivis


Le préfet de Mazières a également fait le point sur le suivi des individus radicalisés. "Environ 700 personnes résidant dans les Bouches-du-Rhône sont inscrites au fichier des signalés pour l aprévention de la radicalisation à caractère terroriste : 75 % d'hommes et 25 % de femmes".

En 2016, 22 personnnes ont été interpellées dans le département pour association de malfaiteurs en vue de commettre un acte de terrorisme, ou des cas d'apologie du terrorisme, 10 depuis le début de l'année 2017.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter