Une chercheuse marseillaise récompensée pour ses recherches sur la mémoire

Rosa Cossart entourée de son équipe pluridisciplaine à l'institut de neurobiologie de la Méditerranée de Marseille. / © Artinresearch
Rosa Cossart entourée de son équipe pluridisciplaine à l'institut de neurobiologie de la Méditerranée de Marseille. / © Artinresearch

La chercheuse Rosa Cossart qui dirige l'Institut de neurobiologie de la Méditerranée de Marseille est la lauréate 2019 du Prix Liliane Bettencourt pour les sciences du vivant. Ce prix doté de 300 000 € est attribué depuis 1997 pour récompenser un chercheur européen de moins de 45 ans.

Par Annie Vergnenegre

Rosa Cossart s'intéresse à la région qui est le support de la mémoire dans le cerveau et c'est ce qui lui vaut d'être récompensée ce jeudi par le prix Liliane Bettencourt pour les sciences du vivant.

La fondation avait déjà remarqué son travail sur la découverte les neurones "chefs d'orchestre" qui coordonnent l'activité neuronale. 

"C'est un prix anniversaire d'une certaine façon, car j'avais reçu un "Coup d'élan" de la fondation il y a 10 ans, se réjouit Rosa Cossart, et ça symbolise l'accompagnement de la fondation tout au long de ma carrière." 

Cette année, et juste en limite d'âge à 45 ans, elle est à nouveau distinguée pour ses recherches sur l'hippocampe, une région du cerveau qui sert de support à la mémoire. "C'est un prix qui donne beaucoup de liberté car la fondation fait vraiment confiance aux chercheurs sur le financement du projet, et ce n'est pas tout à fait courant."
Avec ce prix Rosa Cossart va pouvoir s'équiper d'un nouveau système d'exploration du cerveau. / © DR
Avec ce prix Rosa Cossart va pouvoir s'équiper d'un nouveau système d'exploration du cerveau. / © DR
Neurobiologiste, ingénieure diplômée de l'école centrale de Paris, Rosa Cossart dirige l'Institut de neurobiologie de la Méditerranée de Marseille depuis 2018.

Dans son laboratoire, entourée d'une équipe interdisciplinaire, Rosa Cossart travaille sur l'organisation de l'hippocampe. 

"Ce qui est récompensée aujourd'hui c'est la description de l'organisation de l'hippocampe, cette région du cerveau qui nous permet de savoir où l'on est et d'ordonner et de mémoriser les événements de la vie, explique-t-elle. On a montré que cette région du cerveau était très organisée, elle est façonnée par des programmes développementaux précoces." 
 
"Cette région qui nous sert à garder nos souvenirs, elle est façonnée très tôt au cours du développement, ajoute la chercheuse, et donc peut-être que la façon qu'on a de se souvenir de quelque chose dépend un peu de ce modèle interne que l'on a dans notre cerveau et sur lequel on projette les événements de notre vie". 

Les premiers travaux de Rosa Cossart sur les neurones hub ontr permis d'identifier des dysfonctionnement des neurones de l'hippocampe dans l'épilepsie. Les recherches menées sur un modèle interne dans la région à la mémoire pourraient permettre de comprendre des défauts d'organistaion dans l'autisme et la schizophrénie. 

Pour l'équipe de Rosa Cossart, le prix de la Fondation bettencourt Schueller doté de 300 000 euros va donner un coup d'accéléateur à leur travail grâce à l'acquisition d'un système d'exploration du cerveau couplé à de la réalité virtuelle. 
Des applications thérapeutiques pourraient à terme être développées. "Comprendre comment le cerveau se construit cela peut permettre d'aider à proposer des approches thérapeutiques pertinantes et originales." 

Rosa Cossart est l'un des 20 kauréats distingués chaque année par la fondation dans le cadre de son mécénat scientifique. En 22 ans, 24 chercheurs ont reçu ce prix.

Sur le même sujet

Les + Lus