Ecole délabrée : des parents d'élèves interpellent les élus grâce à un calendrier insolite

Pour la nouvelle année, des parents d'élèves d'une école primaire des quartiers nord de Marseille ont envoyé un calendrier pour le moins décalé à leurs élus : chaque mois une photo illustrant la vétusté de l'établissement.

Portail impossible à ouvrir, WC condamné, canalisation crevée... au total douze scènes prises en photos au sein de l'école primaire de la Batarelle à Marseille illustrent ledit calendrier.

Les courriers ça ne sert à rien, on ne nous répond pas, alors nous avons pensé à une façon plus originale pour alerter les élus.


explique la présidente du Mouvement des parents d'élèves (MPE) des Bouches-du-Rhône, Séverine Gil, à l'origine de cette initiative.

Tiré à une vingtaine d'exemplaires et envoyé aux principaux élus de la ville de Marseille ainsi qu'à l'inspecteur d'académie, ce calendrier a pour but de "leur demander de ne pas nous oublier", explique la présidente de MPE 13.

Les parents d'élèves craignent que le grand plan de rénovation annoncé mi-octobre par la mairie de Marseille, pour un montant de 1 milliard d'euros, ne laisse dans l'abandon les écoles qui souffrent d'abord d'un manque d'entretien courant.

Ce plan de grande ampleur prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, ainsi que la construction de 6 établissements supplémentaires, en six ans. Le tout via un financement public-privé.

La mairie, qui accueille 77.000 enfants dans plus de 440 écoles, avait été sommée par l'Etat en 2016 d'entreprendre des travaux en urgence, face aux témoignages qui se multipliaient de la part de parents d'élèves et d'enseignants. Un plan d'urgence, de 41 millions d'euros, avait alors été mis en oeuvre.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité