Cet article date de plus de 3 ans

La gestion des déchets à Marseille coûte trop cher selon la chambre régionale des comptes

La gestion des déchets dans la Métropole Aix-Marseille est pointée du doigt dans un rapport de la chambre régionale des comptes, qui suggère notamment de développer le tri sélectif. 
Une nouvelle fois, la gestion des déchets dans la métropole fait polémique. Dans un avis datant du 23 octobre et révélé par le site d'information Marsactu, la chambre régionale des comptes (CRC) constate que "la quantité de déchets collectés est anormalement élevée à Marseille" et incite la métropole à prendre "des mesures pour développer le tri sélectif" et à "réprimer les comportements inciviques".

À ce titre, elle préconise se s'inspirer de la ville de Lyon. "C'est en menant de telles actions que, selon les données de son rapport annuel, l'agglomération lyonnaise est parvenue à faire baisser la quantité d'ordures ménagères produite par habitant", note la CRC.

Trop cher pour peu de résultat


Au-delà du volume de déchets, la CRC pointe du doigt que la gestion des déchets a un coût anormalement élevé en comparaison avec d'autres collectivités : "À considérer les écarts de coûts kilométriques avec les autres collectivités, le niveau de propreté atteint devrait être également remarquable", remarque la CRC, alors que la saleté des rues de Marseille est régulièrement dénoncée par ses habitants.

Le coût moyen au kilomètre de voirie de la propreté serait de 91.767 euros TTC dans la métropole marseillaise, alors qu'une étude de l'association des villes pour la propreté urbaine, citée par la CRC, estime qu'il devrait revenir à 13.000 euros par kilomètre de voirie.

La CRC estime notamment que "la métropole ne s'est pas donnée toutes les chances d'obtenir les meilleurs prix lors de son appel d'offres". La chambre régionale déplore le choix de la métropole de "privilégier, dans l'analyse des offres, les entreprises qui ont proposé de mobiliser le plus de moyens humains".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déchets ménagers environnement société