• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Grève des cantines à Marseille : Grand pique-nique “bruyant” des parents d'élèves à midi devant la mairie

Pas de cantine mais un grand pique-nique devant la mairie de Marseille. / © Marc Civallero France 3 Provence Alpes
Pas de cantine mais un grand pique-nique devant la mairie de Marseille. / © Marc Civallero France 3 Provence Alpes

Depuis une semaine et probablement jusqu'aux vacances de Noël, plus de la moitié des enfants scolarisés dans les écoles publiques de Marseille sont privés de cantine. Les parents d'élèves organisent un pique-nique géant et "bruyant" devant la mairie pour exprimer leur ras-le-bol.

Par Ludovic Moreau

Combien d'enfants seront une fois de plus privés de cantine aujourd'hui ? Combien pourront quand même apporter un pique-nique ?
Depuis une semaine et sûrement jusqu'aux vacances de Noël, les parents doivent quitter leur travail précipitamment pour récupérer leurs minots à 11H30 devant l'école. 

Hier, selon les chiffres de la mairie de Marseille, sur 340 écoles, 68 cantines seulement étaient ouvertes et 87 ont permis aux enfants d'apporter un pique-nique. 289 restaurants scolaires étaient fermés.

Les agents municipaux ont peut-être des revendications légitimes, la mairie affirme qu'elle a déjà apporté beaucoup, mais les parents d'élèves veulent exprimer leur ras-le-bol, ras-le-bol de l'absence de cantine, ras-le-bol de la surdité de la ville de Marseille. Le collectif Superminots sans cantine organise, à midi, un pique-nique géant devant la mairie et appelle tous les parents à se joindre à cette manifestation. 
 
Quelques Tatas CGT au pique-nique des "sans cantine" devant la mairie. / © Marc Civallero France 3 Provence Alpes
Quelques Tatas CGT au pique-nique des "sans cantine" devant la mairie. / © Marc Civallero France 3 Provence Alpes

Un pique-nique géant que le collectif (sans étiquette syndicale ou politique) veut "très bruyant" pour se faire entendre du maire, Jean-Claude Gaudin. Les parents d'élèves demandent à la mairie de prendre ses responsabilités en trouvant des solutions pour mettre fin aux grèves de cantine, rapidement, sans pénaliser ni les enfants ni les parents.

Cette année, les enfants n'auront pas de repas Noël, c'est triste

indique une maman devant l'école Azoulay.

 


Le point sur les revendications des syndicats

La CGT appelait à la grève des personnels de cantine la semaine dernière jusqu'aux vacances scolaire. Depuis lundi le syndicat Force Ouvrière s'est lancé dans le mouvement. Ils réclament davantage de personnels pour assurer les missions confiées aux agents.

On est deux agents pour surveiller 95 enfants, ce n'est pas possible et si un agent est malade, on fait venir quelqu'un d'une autre école... On déshabille Paul pour habiller Jacques

explique un agent municipal.
De son côté, la ville de Marseille affirme qu'elle a déjà apporté beaucoup d'avancées.

Il s'agit simplement de respecter le temps de travail de toute la Fonction publique en France. Et donc de travailler 40 heures de plus par an que les agents n'effectuaient pas jusqu'ici

indique la ville de Marseille dans un communiqué.
Pique nique parents
Nadège Troglia parent d'élève de l'école maternelle "cité Azoulay", Annie Ourvoy-Lixfe parent d'élève à l'école Sainte-Anne, Françoise Risterucci responsable CGT Territoriaux. Equipe : Marc Civallero, Marie-Agnès Peleran
Parmi les avancées, la mairie annonce qu'elle a déjà recruté 250 agents pour permettre de compenser les départs en retraite dans les écoles et les crèches. Notamment le recrutement de 150 agents de surveillance inter-classes dès le début 2019. Une prime de 400 euros a été accordée aussi aux personnels et enfin, 150 animateurs seront recrutés dès le début de l'année.
 

Sur le même sujet

Paca : Renaud Muselier appelle à stopper les manifestations

Les + Lus