Marseille : 132 euros par mois pour une association, des élus lancent un "éluthon"

Des élus de la nouvelle municipalité de la gauche marseillaise se sont engagés à reverser tous les mois 10% de leur indemnité à des associations, une initiative locale qu'ils veulent développer partout en France.

Victor-Hugo Espinosa aux côtés de Chahidati Soilihi, tous deux adjoints dans les 15e et 16e arrondissements à Marseille.
Victor-Hugo Espinosa aux côtés de Chahidati Soilihi, tous deux adjoints dans les 15e et 16e arrondissements à Marseille. © DR
"Je suis pour la transparence et pour l'exemplarité des élus", explique Victor-Hugo Espinosa, adjoint dans les 15e et 16e arrondissements et initiateur de cette campagne.

Avec quatre autres élus de gauche, il appelle tous les élus de France à verser 10% de leur indemnité à une association de leur choix, "un geste personnel" et non pas "des subventions aux associations".

132 euros par mois pendant 6 ans

Selon le ministère de l'Intérieur, les indemnités de fonction brutes mensuelles des adjoints sont de 2.819,82 euros pour les communes de plus de 200.000 habitants.

Un adjoint au maire d'un secteur à Marseille a comme indemnité nette 1.317 euros par mois, selon un communiqué des élus de gauche.

L'élu participant à l'opération lancée mercredi "donnera 10% de son indemnité, soit 132 euros par mois, pendant la durée de son mandat de six ans: au total, cela représentera 9.504 euros de don cumulé pour l'association qu'il aura choisie", explique Victor-Hugo Espinosa."Si les élus à Marseille (ils sont 300, ndlr) participaient à cette belle campagne, le tissu associatif percevrait au moins un million d'euros", assure-t-il.

Pendant la campagne des municipales à Marseille, "tous les élus écologistes de Debout Marseille (EELV, Génération Écologie, Alliance Écologie Indépendante...) s'y étaient engagés", rappelle Victor-Hugo Espinosa.

D'Amnesty International aux jardins partagés

Emprisonné et torturé au Chili, pendant la dictature de Pinochet, Victor-Hugo Espinosa a choisi de verser 5% à Amnesty International et l'autre moitié aux Restos du Cœur.

La conseillère municipale Zoubida Menguenni a choisi Abri parental, une association marseillaise qui accueille les parents ou les accompagnants d’enfants hospitalisés gravement atteints par des maladies ou infections.

Pour Chahidati Soihili et Tamara Beard, adjointes au maire des 15-16e, leur choix s'est porté sur Jalmalv, une association qui accompagne les personnes en fin de vie et leurs familles et le soutien de la cause animale à travers l'association Les chats du Lacydon.

Alexandre Rupnik, adjoint des 6-8e a choisi Les Fadas bucoliques, qui propose des jardins partagés, basés sur la permaculture.

Une pétition sur change.org a été lancée pour permettre aux élus de tous bords et de toutes les régions de rejoindre cette initiative : je suis élu.e, je donne 10 % de mes indemnités en soutien à une association. Les politiques intéressés peuvent aussi s'inscrire sur le site : http://asso.ecoforum.fr (éluthon 10 %).
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vie associative économie société