• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Marseille : enquête ouverte après la fermeture d'une école clandestine considérée comme salafiste

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer promet d'autres fermetures à venir. / © Alexis Sciard/Maxppp
Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer promet d'autres fermetures à venir. / © Alexis Sciard/Maxppp

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a annoncé ce mardi la fermeture d'une école clandestine considérée comme salafiste à Marseille. Le parquet a ouvert une enquête pénale.

Par AV avec AFP

Le procureur de la République de Marseille a confirmé l'ouverture d'une enquête pénale après la fermeture d'une école clandestine considérée comme salafiste. Ce mardi matin, le ministre de l'Éducation nationale avait annoncé la fermeture de l'établissement dans le quartier du Canet, dans le 14e arrondissement de Marseille. 

"Comme je l’avais annoncé au moment du vote de la loi Gatel, nous pouvons maintenant fermer les écoles hors contrat qui ne sont pas en conformité avec les règles de la République" souligne-t-il.

Le parquet saisi

"Ce n'est pas la première et ce n'est pas la dernière", a ajouté  Jean-Michel Blanquer qui promet d'autres fermetures dans les semaines à venir. De son côté, le rectorat d'Aix-Marseille indique que ce "regroupement d'élèves", déclarés chacun "sous le régime de la scolarisation à domicile", n'avait pas été ouvert de façon "régulière".

Les enfants seront re-scolarisés 

"Il y a eu un mensonge" sur la situation des enfants, ajoute-il, tous les matins, ils étaient accompagnés dans ce lieu qui ne ressemble pas à une école, qui est un groupe de salles. Ces enfants seront re-scolarisés dans des écoles publiques, leurs familles seront reçues". 

Dans ce lieu, 43 enfants étaient accueillis au total, dont une partie avait plus de six ans, l'âge où la scolarisation est obligatoire, encadrés par quatre personnes, a précisé la préfecture de police des Bouches-du-Rhône. Lors d'un contrôle mené le 4 décembre dernier, plusieurs services de l'Etat avaient relevé des problèmes d'hygiène, avec notamment un frigo pas assez froid, a ajouté un porte-parole.

Lutter contre l'endoctrinement

"Nous ne voulons pas que des enfants se fassent endoctriner de cette façon-là", a déclaré le ministre, jugeant qu'il s'agissait d'un "phénomène de société". A la rentrée 2017, l'enseignement libre hors contrat comptait 74.000 élèves sur un total de 12 millions en France. Ces effectifs sont en forte progression, tout comme le nombre d'établissements.
    

Sur le même sujet

Paca : Renaud Muselier appelle à stopper les manifestations

Les + Lus