Marseille : le braconnage des palourdes sanctionné dans l'Etang de Berre

Les actes de braconnage des palourdes se multiplient dans l'Etang de Berre / © Maxppp
Les actes de braconnage des palourdes se multiplient dans l'Etang de Berre / © Maxppp

Plusieurs centaines de kilos de palourdes ont été saisies autour de l'Etang de Berre depuis début septembre par les autorités. Seul le prélèvement de 2 kilos de palourdes sont tolérés par jour et par pêcheur et à condition de ne pas être professionnel.

Par Ludovic Moreau

Depuis de nombreuses années, la pêche à la palourde est une activité traditionnelle autour de l'Etang de Berre, tout comme celle de la dorade à Martigues. Seulement la pêche à la palourde est uniquement réservée aux plaisanciers, pour une consommation personnelle, à hauteur de 2 kilos par jour et par pêcheur. Elle est interdite, pour le moment, aux pêcheurs professionnels.
A pied ou en plongée sous-marine, les actes de braconnages se multiplient et les personnes en infraction ne sont pas, pour la majorité, des pêcheurs professionnels mais des amateurs, à la recherche de revenus supplémentaires.

14 opérations de contrôles

Afin de lutter contre ce braconnage, la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) a organisée 14 opérations de contrôles depuis début septembre. 160 kg de palourdes ont été saisies et relâchées dans l'Etang.

Cinq procès-verbaux ont été dressés

a annoncé la DDTM dans un communiqué. Si le produit de la pêche est saisie, tout le matériel utilisé pour le braconnage est également saisie : combinaisons de plongée, palmes, masques, bouteilles, engins d'aide à la pêche à pied.

Une saisie de plus de 100 kg de palourdes

En dehors de la DDTM, d'autres unités de police des pêches ont également dressé 5 procès-verbaux dont une saisie de plus de 100 kg de palourdes. Parmi les contrevenants, 4 personnes pêchaient en bouteille et 6 pêchaient à pied. Les palourdes saisies ont été rejetées dans leur milieu naturel de l'Etang de Berre.
La semaine dernière, lundi 9 octobre, une opération de contrôle menée sur le cordon du Jaï a permis une saisie de 70 kg de palourdes. Outre le matériel de pêche, le véhicule du contrevenant a également été saisi. Cette sanction est prévue par la loi dès lors que le véhicule a servi à commettre l'infraction.
Les procédures font l'objet d'une sanction administrative et/ou d'une poursuite judiciaire, cette double sanction a pour but de réduire les actes de braconnage. Surpris en flagrant délit de braconnage, le contrevenant risque jusqu'à 22.500 euros d'amende et la destruction de tout le matériel saisis, y compris le véhicule ou le bateau. Si c'est un professionnel, il peut perdre sa licence.
Début 2018, la pêche à la palourde devrait s'ouvrir aux pêcheurs professionnels. Toutefois, les actes de braconnage demeureront interdits et les contrôles seront maintenus.

Sur le même sujet

Orage à Nice est, le 20 octobre 2019

Les + Lus