Marseille : des cours de capoeira pour les patients parkinsonniens

© Photo Dhune
© Photo Dhune

Le centre d'excellence Dhune qui oeuvre pour la recherche sur les maladies neurodégénératives, lance des cours de Capoeira pour les malades parkinsoniens. Cet art martial africo-brésilien présente des atouts pour ces patients qui souffrent de troubles de l'équilibre et d'un manque de lien social.

Par Ghislaine Milliet

Le centre d’excellence DHUNE (pour les maladies neurodégénératives et le vieillissement), et l’association de patients France parkinson annoncent la création d’un atelier « Parkinson et Capoeira » pour les patients atteints de la Maladie de Parkinson.
La piste thérapeutique  sans médicaments fait également l'objet de l' attention de Dhune, qui oeuvre déjà pour des solutions médicamenteuses. La centaine de chercheurs français et internationaux qui participent à ce centre d'excellence, explore toutes les voies possibles, depuis celles de la recherche fondamentale à celle du parcours de santé du patient. 

La maladie de Parkinson


Un malade parkinsonien souffre de troubles moteurs et de l'équilibre. Il nécessite de soins  de kinésithérapie pour améliorer sa marche et doit apprendre des stratégies de mouvements. Il souffre également de troubles de l'élocution, qui le handicapent socialement. Il éprouve par ailleurs des troubles du timing. L'utilisation de repères auditifs et rythmés peut alors améliorer sa motricité générale. 



La Capoeira


Cet art martial africano-brésilien associe musique, chant et danse. Contrairement à la capoeira acrobatique « de rue », les capoeira « angola » et « régionale », se pratiquent avec des mouvements plus codifiés, plus lents, et des postures effectuées avec équilibre et précision.
Cette activité se pratique en groupe, en cercle. L’interaction entre les participants est importante. C’est d’ailleurs l’un des fondements de la capoeira : l’accompagnement social.
Selon Dhune, ce sport est particulièrement adapté à la maladie de Parkinson, comme thérapie non médicamenteuse.


A la maison pour tous Fissiaux


Des séances hebdomadaires vont être mises en place, dès le 8 février à la Maison pour tous Fissiaux, en centre-ville de Marseille.
Les cours seront donnés par un professeur de l’Association Ginga Mundo à l'attention des patients et de leurs accompagnants.
Ils pourront apprendre les bases des mouvements de cet art martial ainsi que les chants, les instruments et de manière générale tous les aspects de la culture brésilienne liés à la Capoeira.
La participation est gratuite avec adhésion nécessaire à l’association France Parkinson.


Un projet global de santé


Pour lancer ces ateliers, DHUNE travaille aux côtés de :
- Aix Marseille Université (qui proposera des tests de motricité et de rythmicité afin de suivre l’amélioration des membres au fur et à mesure des séances)
- l’association France Parkinson (qui s’occupera du recrutement des patients) 
- l’Assistance Publics Hôpitaux de Marseille et son pôle de neurosciences cliniques dirigé par le Professeur Jean Philippe Azulay (pour le suivi des patients) 
- le Centre Fissiaux de Marseille (qui partagera ses locaux pour réaliser cette activité pendant plusieurs semaines).

Il s’agit d’un projet important pour DHUNE dont la mission est de proposer des solutions médicamenteuses pour les maladies neurodégénératives et également d’innover avec des thérapies non médicamenteuses tout autant primordiales pour les patients parkinsoniens. 

Sur le même sujet

Les + Lus