• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Marseille : Démantèlement d'un réseau international de trafic de Subutex entre la France et l'Ukraine

Le Subutex est un substitutif de la pharmacodépendance aux opioïdes (héroïne). / © Jean Francois Frey
Le Subutex est un substitutif de la pharmacodépendance aux opioïdes (héroïne). / © Jean Francois Frey

La section de recherches de la gendarmerie de Marseille et l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnementet à la santé publique (Oclaesp) ont démantelé un vaste trafic de Subutex entre la France et l'Ukraine via la Pologne. Dix personnes interpellées.

Par Ludovic Moreau (avec AFP)

L'enquête a été menée par des membres de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp) et les gendarmes de la section de recherches de Marseille. Un vaste trafic international de Subutex entre la France et l'Ukraine via la Pologne a été démantelé.

Ce trafic portait sur plus de 200.000 cachets pour un bénéfice de plus de 10 millions d'euros, a indiqué la gendarmerie, à nos confrères de l'AFP.

L'opération conduite dans les Bouches-du-Rhône, en Pologne et en Ukraine a permis l'interpellation de dix personnes, a précisé la gendarmerie, confirmant une information initiale du quotidien La Provence.

Parmi les malfaiteurs présumés, cinq Français ont été arrêtés à Marseille. Quatre d'entre eux ont été mis en examen lundi par un juge d’instruction du Pôle santé publique de Paris pour « escroquerie en bande organisée, trafic de médicaments et association de malfaiteurs ». Ils ont été placés en détention provisoire.

L'enquête des membres de l'Oclaesp et de la section de recherches de la gendarmerie a permis d'identifier un réseau marseillais qui alimentait des trafiquants ukrainiens à raison de 7.000 à 10.000 cachets par mois. Les transactions elles-mêmes se déroulaient principalement en région parisienne, dans l'Est Parisien précisément.

Le préjudice à la sécurité sociale a lui été évalué à environ 500.000 euros. Ces médicaments, des substituts à l'héroïne, étaient en effet obtenus par des personnes bénéficiant de l'AME, l'aide médicale d'état. 

Qu'est-ce que le Subutex ?

Le Subutex est un médicament autorisé sur prescription médicale comme substitut à l'héroïne pour accompagner le sevrage des toxicomanes. La molécule active du Subutex est la buprénorphine, elle a une action similaire à l'héroïne, mais sans les effets néfastes (si le mode d'administration est respecté).

Lors d'une injection, l'héroïne a un effet euphorisant, mais de courte durée, ce qui entraîne rapidement une sensation de manque.

Le Subutex, s'il est pris par voie sublinguale (comme le recommande la prescription) se diffuse lentement dans l'organisme, provoque moins de libération de dopamine et a peu d'effet euphorisant. Il permet d'éviter le phénomène de manque et agit pendant 24 heures.

Le Subutex est aujourd'hui très controversé, d'abord parce qu'il fait l'objet d'un trafic illégal, mais aussi parce que si la prescription n'est pas respectée, il devient une drogue.

"Certains toxicomanes se fournissent en se faisant faire des ordonnances par plusieurs médecins. Le comprimé n'est pas pris alors par voie sublinguale, mais écrasé et sniffé ou dilué dans de l'eau pour une injection intraveineuse. Il produit alors un effet euphorisant comparable à l'héroïne", expliquait Jean Lamarche, pharmacien, président de l'association Croix verte et ruban rouge pour la prévention des toxicomanies, à nos confrères de Sciences et Avenir en 2015.

Sur le même sujet

Marseille : le défi de Monte Cristo

Les + Lus