• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Marseille : Emmanuel Macron en opération séduction dans les quartiers Nord

Macron en visite dans une agence Pôle Emploi du XVème arrondissement de Marseille, le 24/06/2019 / © Francois BECKER / AFP
Macron en visite dans une agence Pôle Emploi du XVème arrondissement de Marseille, le 24/06/2019 / © Francois BECKER / AFP

En marge du sommet des deux rives au palais du Pharo, Emmanuel Macron a profité de sa venue à Marseille pour rencontrer des chômeurs et des employés d'une agence Pôle Emploi des quartiers Nord. Une opération de communication dans l'un des quartiers les plus déshérités de la cité phocéenne. 

Par PG avec AFP

Emmanuel Macron a rencontré pendant plus d'une heure des chômeurs, parfois très éloignés du marché du travail, et des agents de Pôle Emploi, lors d'une visite surprise lundi matin dans les quartiers Nord de Marseille

Le chef de l'Etat est à Marseille dans le cadre du "sommet des deux rives" de la Méditerranée.

J'y connais rien dans la politique, mais je pense qu'il est venu pour son image.

En l'absence de caméras, le président, en chemise blanche et cravate, a enchaîné selfies et salutations souvent chaleureuses, sans toutefois convaincre.

"C'est Dieu le père qui vient guérir les écrouelles", ironise Pierre Bertomeu, un agent Pôle Emploi du XVe arrondissement.

En voyant Emmanuel Macron ce matin dans son agence, parmi les plus déshéritées de la cité phocéenne, il reste sceptique. Selon lui, une telle visite ne permet pas de répondre aux problèmes concrets des chômeurs.

Comme lui, les allocataires présents sur place s’interrogent sur les motivations de cette venue. "J'y connais rien dans la politique, mais je pense qu'il est venu pour son image. Il se fout un peu de nous", regrette Nathan Lelouche, 22 ans, qui enchaîne les missions d’intérim.

De son côté, Pauline Menasria, 23 ans, préfère saluer l’initiative : "Si ça peut faire bouger les choses, c'est parfait. Quand même il faut avoir un certain culot, un certain toupet, pour venir dans le XVe arrondissement de Marseille".
 
Visite d'Emmanuel Macron Président de la République française au Pole emploi Marseille Cap Pinede 5 boulevard de la Méditerranée / © David Rossi, Max PPP
Visite d'Emmanuel Macron Président de la République française au Pole emploi Marseille Cap Pinede 5 boulevard de la Méditerranée / © David Rossi, Max PPP



"Vous avez envie de travailler? Il y a des offres!"

Avant le sommet diplomatique méditerranéen des deux rives, le président a voulu "échanger librement" et en comité restreint avec les demandeurs d'emploi, dans cette zone où le chomage culmine à 27,7%.

"Même si on me dit « plante des fleurs », je plante des fleurs. Faut que je travaille", l’interpelle Pauline Menasria. Du travail, "on va vous en trouver, il y en a plein", "vous êtes super jeune", lui répond le président.

"J'ai fini mon CAP coiffure, et j'ai pas trouvé de travail" stable, lui explique Nathan Lelouche. "Vous avez envie de travailler? Il y a des offres!", lui répond le président, qui explique être venu "pour écouter, comprendre, et pour échanger directement".

Quelques agents ont pu faire part de leurs préoccupations, notamment autour de la sécurité.

"Les gens veulent s'en sortir, veulent travailler, veulent aller de l'avant. Nos réformes vont dans ce sens. Maintenant il faut qu'on investisse dans l'humain, et qu'on donne les moyens à ceux qui sont là pour les aider de le faire", a déclaré Emmanuel Macron à des journalistes à la sortie de sa visite.

Pas de commentaire sur les municipales

Interrogé sur les municipales, Emmanuel Macron a déclaré que sa priorité était "le projet" qui serait porté pour la deuxième ville de France, et que le choix des candidats n'entrait pas dans son "rôle".

"Ce qui m'importe, c'est que les projets les plus ambitieux pour Marseille sortent, puis après les responsables politiques prendront leurs responsabilités et les partis désigneront des candidats. Ce n'est pas le rôle du président de la République", a-t-il déclaré.  

"Ce qui m'intéresse d'abord, c'est l'avenir de Marseille, qui est la deuxième ville de France. Je considère que l'Etat a aussi quelque chose à voir avec cette ville dans le sens où la France ne peut pas réussir si Marseille ne réussit pas", a-t-il poursuivi.

A lire aussi

Sur le même sujet

test live depuis SI Video

Les + Lus