• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Marseille : les enfants atteints de cancer accompagnés par l'association Sourire à la Vie

Des jeunes et des adolescents, comme Sinaï, sont accompagnés par l'association Sourire à la Vie. / © DR
Des jeunes et des adolescents, comme Sinaï, sont accompagnés par l'association Sourire à la Vie. / © DR

En amont de la journée internationale du cancer de l'enfant du 15 février, l'association marseillaise "Sourire à la Vie" nous a ouvert ses portes. L'occasion de découvrir son centre "de répit" pour les enfants et les adolescents.

Par Jean Poustis

Des exercices de mémoire, du sport, des moments de partage, le centre "de répit" de l'Estaque à Marseille propose de nombreuses activités. 

Dans ses locaux, l'association "Sourire à la Vie" accueille des enfants et adolescents, comme Sinaï ou Selma Kabbouri, atteints de cancer. L'adolescente alterne les temps d'hospitalisation avec le centre "de répit".

Au sein de cet espace pluriel, les enfants se cultivent, se relaxent, se font masser sans oublier les soins indispensables. 

"J'arrive plus trop à marcher, ici on m'aide à réapprendre", indique Sinaï. 
 
Marseille : des jeunes accompagnés par l’association Sourire à la Vie
Un reportage de : Christian Pesci et Sylvie Garat


Dans cet établissement, financé en grande partie par l'Etat, mais surtout par des entreprises et des donateurs, le sport tient une place privilégiée.

"Quand on a commencé ce programme, on ne faisait pas faire de sport aux enfants. C'était contre-intuitif d'adapter les techniques du sport de haut-niveau aux enfants malades. Mais quinze ans plus tard, des études prouvent le contraire", explique Nicolas André, professeur en pédiatrie dans le service d'oncologie pédiatrique de l'hôpital de la Timone.
 
Les enfants et adolescents participent à des séances de sport dans les locaux de Sourire à la Vie. / © DR
Les enfants et adolescents participent à des séances de sport dans les locaux de Sourire à la Vie. / © DR


Grâce à l'espace dédié aux sports, l'enfant a été remis en mouvement pendant son traitement. L'impact sur les adolescents a été immédiat.

"On est mieux. Si on est enfermé dans une chambre, on fait rien, on ne bouge pas, on ne se sent pas bien moralement et physiquement. Mais là çà nous fait du bien", déclare Selma Kabbouri.

Et actuellement, les jeunes du centre sont très occupés. Ils préparent un spectacle pour décembre avec Richard Bohringer et Grand Corps Malade.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Chantal Marchand, directrice départementale des finances des Alpes-Maritimes

Les + Lus