Marseille : la petite Marwa va mieux et pourrait rentrer à la maison

© Jamais sans Marwa
© Jamais sans Marwa

Aujourd'hui, Marwa a retrouvé des forces et pourrait rentrer chez elle. Son histoire avait défrayé la chronique. Les médecins de la Timone voulaient arrêter les soins. La justice a donné raison aux parents qui entendent poursuivre les traitements sur leur petite-fille lourdement handicapée. 

Par Nathalie Deumier

Marwa a maintenant 21 mois. Elle est soignée dans un centre médicalisé à Hyères. La personne qui nous a donné de ses nouvelles fait partie de son collectif de soutien. Le bébé a été malade en mars dernier, ce qui a fait régresser son état, notamment sa motricité. A ce moment-là, son entourage a très peur. Mais elle reprend des forces, tout doucement, et communique avec son père par le regard et de tous petits signes. Son retour à la maison est même envisagé, dans quelques semaines. Marwa sera évidemment très suivie. Ses parents n'ont pas repris le travail pour rester auprès d'elle. Une infirmière et une aide-soignante la soigneront quotidiennement. 

Son père la filme dans cette vidéo toute récente :

Marwa filmée par son père
Marwa a aujourd'hui 21 mois. Ses parents disent qu'elle a de petits réflexes et qu'elle ouvre et ferme les yeux.
  
Le 10 septembre, une journée est organisée pour récolter des fonds. Pour les associations proches des enfants malades, mais aussi pour les familles concernées. 

© Jamais sans Marwa
© Jamais sans Marwa

Un choix terrible


Tout commence fin septembre 2016, Marwa attrappe un virus foudroyant. Elle est admise à l'hôpital de la Timone, souffre d'une atteinte neurologique irréversible, est placée sous assistance respiratoire. Le 4 novembre, les médecins décident d'arrêter le traitement et de débrancher l'appareil respiratoire qui la maintient en vie. Les parents s'y opposent et saisissent la justice. A l'audience, le père de Marwa, Mohamed Bouchenafa, demande qu'on laisse à sa fille "une chance de vivre". L'avocat de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, maître Olivier Grimaldi, met en avant "une obstination déraisonnable des parents".


Une pétition


La famille lance une pétition en ligne sur la plateforme change.org demandant de "laisser plus de temps" à Marwa. Celle-ci recueille plus de 291 000 signatures


La justice se prononce


Le tribunal administratif de Marseille ordonne le maintien des soins, comme le demandent les parents. L'Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille décide alors de saisir le Conseil d'Etat pour s'opposer à la décision. Le 9 mars, le Conseil d'Etat (plus haute juridiction de France) explique que selon les éléments médicaux, l'état de conscience a été difficile à évaluer et que l'évolution de la petite fille est incertaine. Selon les éléments non médicaux, l'opposition des parents à l'arrêt des traitements a été très ferme. Les soins sont maintenus.

A lire aussi

collecte de jouets

Près de chez vous

Les + Lus