Marseille : pourquoi la plage des Prophètes a-t-elle été interdite à la baignade ?

En été, la plage des Prophètes est toujours très fréquentée. / © VALLAURI Nicolas / PHOTOPQR/LA PROVENCE
En été, la plage des Prophètes est toujours très fréquentée. / © VALLAURI Nicolas / PHOTOPQR/LA PROVENCE

La baignade a été interdite pendant deux jours à la plage des Prophètes à Marseille. En cause : des valeurs mesurées de streptocoques fécaux et d'Escherichia coli très largement supérieures à la moyenne. Pas très engageant à la veille de l'ouverture de la saison estivale...

Par Jean Poustis / France 3 Provence-Alpes

La baignade a été interdite les 5 et 6 juin à la plage des Prophètes, l'une des plus anciennes et fréquentées de Marseille. Le prélèvement, réalisé mercredi par le service d'assainissement de Marseille Métropole, a révélé des valeurs anormalement élevées de streptocoques fécaux et d'escherichia coli.

Il s'agissait du deuxième prélèvement depuis le début de l'année après celui du 15 mai, effectué en amont de la saison estivale et de la période de surveillance sanitaire du 1er juin au 31 août aux Prophètes. La plage accueille en général 3.400 personnes par jour durant l'été.

5 fois plus de bactéries que la valeur limite

Selon les "mauvais" résultats disponibles sur le site du ministère chargé de la santé, 2.079 streptocoques fécaux étaient présents dans 100 millitres d'eau, soit plus de cinq fois la valeur limite. 

Et comme si cela ne suffisait pas, 4.796 bactéries d'escherichia coli ont été retrouvées dans 100 ml d'eau. C'est cinq fois plus que le seuil de la valeur limite "mauvaise", fixé à 1.000.

Pour comparaison, une eau de bonne qualité se situe autour des 100 bactéries relevées dans 100 ml d'eau. 

Des analyses "plus poussées" vendredi

De nouvelles analyses ont été faites par la mairie de Marseille jeudi 6 juin. Les résultats obtenus ont permis la réouverture de la baignade à la plage des Prophètes. 

De nouveaux prélèvements et de nouvelles analyses "plus poussées" vont toutefois être effectuées par l'agence régionale de santé (ARS) dans la matinée de vendredi.

L'ARS ne disposait pas par ailleurs "d'informations sur les causes des valeurs anormales relevées aux Prophètes".

A lire aussi

Sur le même sujet

Open Adidas 2019

Les + Lus