Marseille: rassemblement de policiers devant les commissariats

© PHOTOPQR/VOIX DU NORD
© PHOTOPQR/VOIX DU NORD

Les policiers dénoncent la "montée de violences sauvages" à leur encontre à la suite de plusieurs incidents durant la nuit du nouvel an. Un appel à la mobilisation a été lancée devant les commissariats de France aujourd'hui à midi.

Par Marie Bail

« Champigny-sur-Marne, Aulnay-sous-Bois, Douai et plus localement Saint-Dié-Des-Vosges ont été le théâtre de violences commises envers les policiers durant la nuit de la Saint-Sylvestre. Devant la montée de cette violence sauvage contre les policiers, UNITE SGP Police – FO organise un rassemblement devant tous les commissariats de France", indique le communiqué du syndicat. 

Nous sommes rassemblés pour exprimer notre colère mais aussi notre exaspération. Il est temps de dire stop ! , a indiqué Sarah Boucenna du syndicat SGP FO à l'antenne de France 3 Provence Alpes.

Une trentaine de personnes s'était mobilisée à Marseille. Ils demandent des moyens supplémentaires pour lutter "contre la recrudescence des violences". Le syndicat FO appelle notamment à une création de tribunaux spécialisés et de magistrats dédiés aux violences à l'encontre des forces de l'ordre, à la révocation systématique des sursis pour les auteurs ainsi qu'à la création d'une peine minimum et d'une criminalisation de certaines infractions. 

Augmentation des violences?


Selon les dernières statistiques de l'Observatoire nationale de la délinquance et des réponses pénales,  il y aurait une augmentation constante des blessures par armes notamment (parpaings, barre de fer, mortier de feux d'artifice etc.). Ce sont d'abord des refus d'obtempérer, des contrôles routiers ou d'identité qui dégénèrent quotidiennement. 

En 2016,  5 767 policiers et gendarmes ont été blessés sur le terrain. Et dans un peu plus d'un cas sur dix ces blessures sont liées à une arme. Par ailleurs, il faut rappeler que ces chiffres sont basés sur les déclarations des policiers et toute blessure déclarée, même sans arrêt de travail, est comptabilisée dans le total. Pas seulement les agressions mais aussi les blessures ou les accidents de voiture. Bref, difficile de comptabiliser avec précision les chiffres des agressions à l'encontre des forces de l'ordre même si celles-ci semblent avoir augmenté. 

Une "Police de Sécurité du Quotidien" dont on ne connaît pas encore précisément la nouvelle doctrine annoncée par Emmanuel Macron et Gérard Collomb sera mise en place d'ici peu. En principe début février dans 15 villes test.

Sur le même sujet

Seize actrices noires et métisses sur le tapis rouge contre les discriminations

Les + Lus