Des centaines d'Algériens venus de toute l'Europe attendent depuis plusieurs jours dans le port de Marseille, de pouvoir rentrer au pays. Le premier ministre algérien a annoncé dimanche 15 mars vouloir rapatrier ses concitoyens bloqués à l'étranger.

L'Entreprise Nationale de Transport Maritimes de Voyageurs Algérie Ferries a mobilisé pour eux deux navires de croisières.

Plusieurs départs ont déjà eu lieu depuis le 15 mars. Le dernier navire, le Tariq Ibn Ziyad, doit quitter le port de Marseille ce mercredi 18 mars dans l'après-midi pour rejoindre Alger.

Il embarquera 1700 passagers.

Les Algériens angoissés de rester en France

Mais les Algériens en attente de partir risquent d'être trop nombreux.

Dans la file de voitures sur les quais, le brouhaha règne. Les informations passent au compte goutte. Et l'angoisse monte, comme chez cet homme, en pleurs, seul dans son véhicule :

"J'ai quitté Paris samedi pour un bateau à Alméria, au sud de l'Espagne. Il a été annulé. On m'a envoyé sur Alicante. Le navire a été aussi annulé. On m'a expédié à Marseille en me disant que notre gouvernement algérien nous envoyait un bateau pour nous rapatrier. Et là je suis à zéro. Je n'ai plus de bateau, je n'ai plus rien, je ne sais pas quoi faire(...) .

Je veux regagner mon pays. J'habite en Algérie. Toute ma famille est là bas.

Un peu plus loin, un autre homme assis dans sa camionnette, témoigne, le visage fatigué :

"J'ai acheté un billet par la Corsica Linea. En fin de compte, ils ont annulé à la dernière minute.

Ca fait trois jours que je traîne ici. On dort ici à l'arrêt et il fait froid le soir.

Cet autre dort dans sa voiture depuis dimanche aussi : "Je devais partir avec le Daniel Casanova. Ca a été annulé. Personne ne me dit rien. Je suis là depuis dimanche. Je n'ai rien à manger. On ne nous donne rien".
 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Sous la passerelle de la Joliette, l'attente est longue pour les ressortissants algériens Photo Paul Géli/FTV

Un autre ne cache pas son inquiétude face à l'épidémie de coronavirus sur notre territoire.

"Pas question d'être confinés à Marseille. On ne veut pas être bloqués ici. C'est dangereux.

En Algérie, il n'y a que 60 cas. Ici, il y en a plus de 7000. Et chaque jour ça augmente !

Un autre témoin dit attendre une place pour le dernier bateau et affirme être sur la liste d'attente.

Le Tariq Ibn Ziyad sera le dernier navire à quitter le port de Marseille, avec 1700 passagers. Combien restera-t-il d'Algériens sur le quai, bloqués à Marseille... ?

Depuis le passage au stade 3 décrété par les autorités, la France a fermé l'espace Shengen le 16 mars. Une mesure qui s'applique également à la navigation en mer.

Toutes les dessertes maritimes ont été suspendues.