La photographe marseillaise retrouve le petit garçon russe grâce aux réseaux sociaux

Une photographe marseillaise a eu la surprise de retrouver une pellicule non développée dans un appareil acheté aux puces à Moscou cet été. La pellicule montrait un petit garçon avec un cartable. Grâce aux réseaux sociaux, elle a réussi à retrouver l'enfant... aujourd'hui adulte. 

Une des photos du petit garçon prise le jour de sa rentrée scolaire. En tombant sur ces clichés que contenait un vieil appareil acheté aux puces à Moscou, Elisabeth décide de tout faire pour retrouver ce garçon.
Une des photos du petit garçon prise le jour de sa rentrée scolaire. En tombant sur ces clichés que contenait un vieil appareil acheté aux puces à Moscou, Elisabeth décide de tout faire pour retrouver ce garçon. © DR

C'est un joli conte..
Tout débute cet été: En voyage en Russie,  Elisabeth Blanchet photographe et collectionneuse d'appareils photo achète au marché aux puces d'Izmailovo à Moscou un vieil appareil à un gentil couple qui y tient un stand. Elle sympathise avec eux et prend même des photos de ces personnes en souvenirs avec son appareil personnel.
L'appareil acheté est un Elikon compact typique des années 1980 en Russie. Un modèle qu'Elisabeth affectionne particulièrement.
En rentrant de voyage, elle fait escale à Paris chez sa sœur et décide de lui offrir l'appareil. En lui montrant comment s'en servir, elle se rend compte qu'il contient encore une pellicule.
Elle décide alors de refermer le boitier, et de faire développer cette pellicule dans le laboratoire où elle a ses habitudes à Marseille.
Une fois développée, la pellicule dévoile 18 clichés mettant en scène un petit garçon et ce qui semble être des membres de sa famille, des photos prises lors d’un jour important pour lui.

C'est un peu une tradition dans la Russie des années 80, on organise un fête lors du premier jour d'école.
C'est un peu une tradition dans la Russie des années 80, on organise un fête lors du premier jour d'école. © DR


Elisabeth ne le sait pas encore mais il s'agit de la première rentrée des classes de ce petit garçon. Il y a une grande cérémonie, c'est un moment marquant dans la vie des écoliers russes à l'époque, une tradition dans la Rusie des années 1980.

Retrouver à tout prix ce petit garçon


Ne sachant pas tout cela mais touchée et émue par la force des clichés, Elisabeth  se dit immédiatement: "ces photos ne m'appartiennent pas, elles sont au petit garçon, il faut que je les lui rende " elle se lance alors un défi, presque par jeu, retrouver ce petit garçon.

Toutes les photos développées datent des années 80.
Toutes les photos développées datent des années 80. © DR



Elle lance alors un hashtag sur son Instagram: #lookingfortherussianboy et le partage également sur sa page Facebook personnelle.
De par son métier qui l'amène à beaucoup voyager et faire des reportages dans le monde entier, Elisabeth a un réseau étoffé, et elle s'emploie multiplier le partages des photos.

Tous les 3 jours je postais une nouvelle photo pour relancer le réseau. J'ai fini par glaner quelques informations, comme le modèle de la voiture qui apparait sur les photos, que c'était un jour de rentrée scolaire. Mais pas beaucoup plus."


Un ami lui conseille de contacter des médias russes pour accélérer les recherches, ce qu'elle a fait en contactant un magazine "Rosphoto".
Ces derniers ont trouvé l'histoire attachante et touchante, en ont fait un article et ont partagé les photos d'Elisabeth sur les réseaux sociaux.

Grâce à la plaque d'immatriculation de la voiture, un journaliste indépendant, Victor Borisov, s’est pris lui aussi au jeu et a mené l'enquête. Il a trouvé le propriétaire et même son adresse.  Il s'est avéré que c'était la voiture de l'oncle du garçon russe.

Rapidement, Elisabeth reçoit des nouvelles lui indiquant qu'ils avaient identifié quasiment à 100% le petit garçon et que ce dernier allait la contacter.
Le samedi 11 novembre dernier, Elisabeth reçoit un message WhatsApp: "Je suis le garçon russe que vous cherchez"..

Dimitri parle couramment Anglais ce qui facilite les échanges.
Deux jours après ils se sont parlé par Skype pendant près de deux heures et le courant est tout de suite passé.
Le petit garçon devenu grand : il a 33 ans actuellement, vit à Moscou, est marié et père de deux garçons. Il  explique à Elisabeth que le propriétaire de la voiture, son oncle, était l’auteur des clichés familiaux.

Premier échange via Skype avec le petit garçon retrouvé ...devenu adulte.
Premier échange via Skype avec le petit garçon retrouvé ...devenu adulte. © DR



Depuis, Elisabeth et Dimitri ont décidé de se rencontrer et de se présenter mutuellement leurs familles.

Elisabeth a aussi un projet, faire un documentaire pour raconter cette fabuleuse histoire.

Cela a dépassé la recherche, c'est quelque chose de plus profond. J'aime les vieilles photos, les archives. J'aime et je suis sensible à ces témoignages du passé qui rendent certaines choses vivantes. Et retrouver le petit garçon était très important pour moi.


Dimitri a dit à Elisabeth qu’au-delà de la joie de retrouver ces vieilles photos chargées de souvenirs,  il était particulièrement touché par le geste d'Elisabeth, qu’une personne qu'il ne connait pas puisse déployer autant d'efforts pour le retrouver.

Prochain épisode de cette  belle histoire, la rencontre que nous suivrons sur l'Instagram d'Elisabeth.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réseaux sociaux société insolite sorties et loisirs histoire