Sécurité routière: “Moi je pensais que le handicap, c'était réservé aux autres”, Aurélie Brihmat, victime de la route

Aurélie Brihmat et Spy sont allés à la rencontre de personnes en situation de handicap pour partager son expérience et redonner espoir. / © Handidream
Aurélie Brihmat et Spy sont allés à la rencontre de personnes en situation de handicap pour partager son expérience et redonner espoir. / © Handidream

Amputée d'une jambe à 17 ans à la suite d'un accident de scoorter, Aurélie Brihmat force l'admiration par son courage et sa détermination. La jeune femme qui a réalisé à cheval un tour de France des centres de rééducation a fait de la sécurité routière le combat de sa vie.

Par Annie Vergnenegre

Aurélie Brihmat ne se départit jamais de son sourire. Sa joie de vivre est un exemple pour tous ceux qui se retrouve un jour handicapé à la suite d'un accident. Pourtant il y a 17 ans, sa vie a basculé à cause d'un chauffard. Elle a perdu son pied droit. Elle avait 17 ans.

Une nouvelle vie

La convalescence a été longue. Mais Aurélie n'est pas du genre à baisser les bras. A force de détermination et de courage, elle a repris le cours de sa vie. Avec une prothèse.

Il faut se réapproprier ce nouveau corps, c'est ça qui est compliqué.

"C'est un corps qu'on ne connaît pas et l'entourage aussi est perturbé. C'est une nouvelle vie en fait, mais c'est possible. Ça va être différent, mais on peut le faire avec du courage". 

Et du courage Aurélie en a à revendre. C'est pourquoi elle a créé son association Handidream. "On intervient dans les écoles pour passer ce message auprès des jeunes, leur dire "attention, moi je pensais que le handicap c'était réservé aux autres. Et puis, en quelques secondes on passe de l'autre côté. On se retrouve en situation de handicap".

Aurélie voulait faire plus. Montrer à tous qu'on peut aller au bout de ses rêves. Cet été, elle est partie à cheval pour un tour de France des centres de rééducation, à la rencontre des personnes qui ont subi le même traumatisme qu'elle, et qui ont du mal à surmonter leur handicap. 

Le soutien de l'entourage

"Le but c'était de leur dire, voilà on se retrouve en situation de handicap mais la vie n'est pas finie. On a perdu quelque chose, mais il faut regarder tout ce qui nous reste et pas tout ce qu'on ne peut plus faire en fait. J'essaie de véhiculer un message d'espoir, pour leur dire "on n'est pas foutus, on peut faire plein de belles choses. Mon rêve, c'était ça. Regardez, si je l'ai fait, vous pouvez le faire aussi". 

Sa force, Aurélie la tire de ses proches. "Tout le monde n'a pas cette chance, pourtant c'est essentiel. Quand tout s'effondre, quand on ne reconnaît plus son corps, si en plus de ça on n'est pas entouré, c'est compliqué. On perd tous les repères."

Souvent, c'est pour les amis que c'est le plus dur de faire face. "Moi j'ai perdu tout mon entourage. Même ceux qui nous appréciaient, ils s'en vont.

Et là, on se dit qui m'approchera avec ce nouveau corps? Qui va vouloir de moi dans cet état?

Aurélie a accepté sa prothèse. Sur la page Facebook, où elle rend compte de son périple à travers la France, elle la met régulièrement en scène avec beaucoup d'humour avec Spy, son fidèle Border Collie.
La page Facebook où Aurélie raconte son périple est suivie par plus de 8400 personnes; / © Handidream
La page Facebook où Aurélie raconte son périple est suivie par plus de 8400 personnes; / © Handidream
 

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus